Présidentielle en Tunisie: Le parti Ennahdha soutient le candidat Kais Saied au second tour

L’universitaire Kais Saied est arrivé en tête du premier tour des élections présidentielles en Tunisie. — Mosa’ab Elshamy/AP/SIPA

Kais Saied ou Nabil Karoui, qui sera le prochain président tunisien ? Le parti d’inspiration islamiste Ennahdha, dont le candidat est arrivé troisième au premier tour de l’élection présidentielle en Tunisie, a annoncé vendredi qu’il soutiendrait l’universitaire Kais Saied au second tour. « Ennahdha a choisi de soutenir le choix du peuple », a déclaré le porte-parole du parti, Imed Khemiri.

Kais Saied, un néophyte en politique et universitaire perçu comme très conservateur sur les questions sociétales, a créé la surprise en arrivant en tête du premier tour de la présidentielle, dimanche, avec 18,4 % des voix. Partisan d’une décentralisation radicale, il sera opposé au second tour au publicitaire Nabil Karoui, soupçonné de blanchiment et incarcéré, qui avait engrangé 15,6 % des voix. Le candidat d’Ennahdha, Abdelfattah Mourou, avait lui récolté 12,9 % des voix.

Soutien d’un autre poids lourd politique

Kais Saied a déjà obtenu le soutien d’un autre candidat du premier tour, Moncef Marzouki, ancien président de la République. « Le bureau exécutif du mouvement Ennahdha s’est réuni et soutient Kais Saied, » avait déclaré de son côté jeudi soir Abdelkarim Harouni, qui préside la choura, l’organe consultatif du parti.

Les membres de la choura ont été consultés « par téléphone et par e-mail et nous avons constaté une orientation claire de la majorité vers Kais Saied », a-t-il expliqué à la radio Mosaïque FM. La choura doit se réunir en début de semaine prochaine pour formaliser ce soutien, a indiqué le parti.

Le 18 septembre, au lendemain des résultats officiels, le chef d’Ennahdha Rached Ghannouchi avait uniquement félicité Kais Saied, sur la page Facebook du parti.

Monde

Présidentielle en Tunisie : Le candidat Karoui reste en prison sur décision de justice

Monde

Mort de Ben Ali : « Malgré la crise économique, il n’y a pas de nostalgie des Tunisiens »

12 partages