Présidentielle 2022 : Le Pen versus Zemmour, défection d’envergure chez Pécresse et le Modem à la rescousse

Samedi dernier, c’était le grand affrontement… À distance ! A Lille, Eric Zemmour était au top de sa forme pour un show devant 8.000 partisans en transe. Tandis que le même jour, à Reims, Marine Le Pen semblait plus « déter’ » que jamais à affronter le président sortant en campagne, toujours pas candidat. Les deux aspirants à l’Elysée se sont donc tout simplement ghostés.

Pour Valérie Pécresse, depuis quelques semaines, ce n’est pas la grosse forme. Baisse dans les sondages, attaques depuis son propre camp. Et voilà qu’ Eric Woerth décide d’aller voir si l’herbe n’était pas plus verte ailleurs. En l’occurrence, du côté d’Emmanuel Macron. Un coup dur pour la candidate LR qui compte déjà plusieurs défections dans son camp. Et à quatre jours de son grand meeting au Zénith de Paris, qui se tient dimanche.

Enfin, voyant certains « gros » candidats galérer plus que de raison pour réunir leurs 500 parrainages, les élus du Modem ont décidé d’offrir leurs signatures aux plus nécessiteux d’entre eux. Une sorte de cagnotte avec à la clé, non pas de l’argent, mais des signatures. Baptisée « banque des parrainages » par le président du parti, François Bayrou, son utilisation est conditionnée. Pour en bénéficier, le candidat à la présidentielle devra être crédité d’au moins 10 % d’intentions de vote dans les sondages. Pour l’heure, c’est donc râpé pour Taubira qui atteint péniblement les 3 % des intentions de vote et seulement 36 signatures dans sa valise.