Présidentielle 2022 : La campagne Jadot tente de tourner la page de l’onde de choc Hulot

Il y avait une opération déminage, ce mardi matin, chez les écologistes après une semaine agitée par les nouvelles accusations de viol et d’agressions sexuelles visant Nicolas Hulot, puis par 
l’éviction de Matthieu Orphelin, un pilier de la campagne de Yannick Jadot. Orphelin, jusque-là coordinateur des porte-parole du candidat et ancien proche de l’ex-vedette de TF1, a été mis « en retrait » samedi. A l’état-major écolo, on a considéré que cette proximité nuisait à « la sérénité nécessaire à l’exercice de ses fonctions ». Une décision saluée pour son « courage » par Sandrine Rousseau, dont les compliments pour son ex-adversaire de la primaire sont toujours rares.

Matthieu Orphelin a, pour sa part, peu goûté une mise sur la touche qu’il a trouvé « inélégante » et l’a fait savoir. Il a surtout expliqué dans un communiqué que tout cela n’était qu’un prétexte après qu’il eût évoqué auprès de Yannick Jadot des divergences et son souhait de « mettre fin à ses fonctions » compte tenu « de sa non-adhésion à ses choix stratégiques ». Ce qui a étonné chez les écolos, qui n’avaient jamais entendu de telles critiques de la part d’un si proche de Jadot. « Je comprends que ce soit difficile pour lui, on a l’impression qu’il a fait ça pour partir comme un prince… », tente d’analyser une élue.

Mise à distance

Par sa présence ce mardi matin au point presse hebdomadaire des porte-parole du candidat écologiste, Mounir Satouri, le directeur de campagne de Yannick Jadot a voulu apaiser une situation vite montée dans les tours. Le patron de la campagne a, certes, assumé le communiqué d’éviction de samedi qu’il a « personnellement rédigé ». Mais, comme Matthieu Orphelin lundi soir dans C à vous, sur France 5, Mounir Satouri a surtout insisté sur l’importance de la lutte contre les violences faites aux femmes.

Histoire de reprendre l’initiative et de se montrer irréprochable sur le sujet, il a même demandé au président de la République de retirer sa légion d’honneur à Nicolas Hulot. « C’est un symbole que l’on doit aux femmes ». Pendant la conférence de presse, Mounir Satouri a plusieurs fois souligné que l’ancien ministre avait longtemps été « la personnalité préférée des Français ». Comprendre : tout le monde s’est trompé à son sujet, pas uniquement les écolos.

Pas un « psychodrame »

Pour l’équipe de Jadot, les remous de ces derniers jours ne sont pas un « psychodrame ». Et les porte-paroles de dérouler l’agenda du candidat pour les prochains jours. « On a un plan précis, une méthode, un phasage de campagne pour aller au second tour et pour gagner », affirme Benjamin Lucas. Seule la pandémie de Covid-19 « réinterroge cette stratégie », concède Mounir Satouri. Sous-entendu : pas Matthieu Orphelin. On a pu quand même noter que, lors de la conférence de presse, les porte-paroles ont insisté sur la mobilisation de terrain. Précisément l’une de critiques formulées par le député dans C à vous lundi soir.

Mais en faisant mine de tourner la page, Mounir Satouri a étonnamment entrouvert la porte à un retour de Matthieu Orphelin, affirmant qu’il n’y avait pas de « rupture de l’échange » : « Laissons-nous du temps, on verra dans les semaines qui viennent. »

Un symbole incertain sur la question de la lutte contre les violences faites aux femmes. Alice Coffin, conseillère EELV de Paris proche de Sandrine Rousseau, veut bien croire l’ancien porte-parole quand il dit qu’il ne savait rien. Mais elle lui reproche, comme à d’autres, de ne pas être « capable de dire  »on a fait une erreur énorme en encensant cet homme encore après les premières révélations d’Ebdo ». Or c’est aussi cette notoriété et cette aura de Nicolas Hulot qui a empêché qu’on croie la parole des femmes. » Un retour de Matthieu Orphelin dans la campagne serait « incohérent » si Yannick Jadot veut avoir une « campagne féministe ». « C’est jamais une bonne idée, les  »retours de » », conclut-elle.