Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon ne veut pas d’une « obscure primaire » à gauche

Du côté de Jean-Luc Mélenchon, c’est toujours un non ferme à la primaire populaire à gauche. « A 70 jours du premier tour il y a mieux à faire qu’une obscure primaire », a en effet déclaré lundi le candidat à la présidentielle en ouverture de son meeting à Bordeaux.

Cette consultation visant à faire pression pour l’union, organisée par un mouvement citoyen, a enregistré l’inscription de 467.000 personnes pour son vote en ligne qui sera organisé de jeudi à dimanche. Problème : Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot et Anne Hidalgo, les trois principaux candidats à gauche, refusent de se soumettre à ce processus

Taubira accepte l’initiative

« D’obscures combines pour s’accorder ou faire sortir un lapin du chapeau », a lancé Jean-Luc Mélenchon en référence à une possible victoire de Christiane Taubira, seule principale candidate à reconnaître ce vote. « C’est bien normal qu’il y ait une résistance à ce que nous préparons, vous n’avez pas à vous désoler », a-t-il ajouté devant l’assistance du Théâtre Fémina, 3.000 personnes selon LFI. « Cela montre que nous sommes sur le bon chemin », s’est-il félicité, après deux précédents meetings avec plusieurs milliers de personnes.

« Il a été impossible de mener une union au sommet, car tant de fois trompés, roulés dans la farine par des accords qui se traduisaient par de petits arrangements », a expliqué le député des Bouches-du-Rhône, pour qui « l’union par la base, on ne peut la faire que dans la clarté ». Et de conclure : « Je ne dirai pas un mot de critique de plus, mais qu’on nous laisse travailler et honorer notre capacité à nous mobiliser ».

Jean-Luc Mélenchon est crédité de 7 à 12 % dans les sondages, mais au sein d’une gauche éclatée en cinq candidatures, ne peut rivaliser pour l’instant avec les droites et Emmanuel Macron.