Présidentielle 2022 : Contre l’immigration, Zemmour veut un « mur » aux frontières extérieures de l’UE

Eric Zemmour a décidé de plagier Donald Trump et ses anciennes déclarations sur la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Le candidat à la présidentielle a réclamé mercredi soir la construction d’un « mur » à « toutes les frontières » extérieures de l’ Union européenne​ pour lutter contre l’immigration. Il s’est même dit prêt à soutenir financièrement les pays prêts à en bâtir un.

« J’y suis favorable, la France et l’Allemagne refusent. La commissaire européenne suédoise (Ylva) Johansson refuse », mais « moi je ferai basculer la majorité européenne en faveur du mur, qui sera financé sur fonds européens », a-t-il lancé sur BFMTV. « Les pays qui ont fait un mur comme la Hongrie défendent la civilisation européenne », a estimé le candidat Reconquête !.

La Pologne a déjà sorti les marteaux

La France, du fait de sa géographie, ne serait pas concernée, a-t-il en outre précisé. Et « on fera une police spéciale » avec des « gardes-frontières aux frontières françaises »’, a-t-il ajouté, sans préciser le coût de la mesure.

Fin janvier, la Pologne avait indiqué entamer la construction d’une nouvelle clôture à sa frontière avec la Biélorussie pour bloquer la pénétration de migrants illégaux, à l’origine d’une crise entre Varsovie et Minsk l’an dernier. Le mur doit coûter quelque 353 millions d’euros et doit être achevé au mois de juin.

« Maintenant ça suffit, OK… »

Durant l’émission, un échange tendu a en outre eu lieu entre Eric Zemmour et une habitante d’Aubervilliers. L’ancien polémiste a fustigé la « société multiculturelle », « ça veut dire la guerre de civilisations et ça veut dire que ce sont les plus nombreux qui gagnent, en l’occurrence l’islam ». « Arrêtons de stigmatiser une population, arrêtez avec l’islam », a réagi son interlocutrice. « Madame, je dis ce que je veux, vous dites ce que vous voulez, maintenant ça suffit, OK… », s’est-il alors agacé.

Cette émission d’échange avec des Français était organisée à Saint-Denis et pas à Montreuil, où l’équipe du studio envisagé s’est opposée à sa venue. Un rassemblement contre Eric Zemmour avait d’ailleurs lieu à Montreuil mercredi.

Le candidat a par ailleurs évoqué le pass vaccinal face au Covid-19 et l’espoir du gouvernement de pouvoir le lever « fin mars-début avril ». Il a ainsi ironisé sur ce « hasard » de calendrier avant la présidentielle des 10 et 24 avril. « Je ne suis pas du tout suspicieux mais je soupçonne quand même le gouvernement d’avoir inventé cette machine qui ne sert à rien, parce qu’on savait qu’Omicron était un virus de fin d’épidémie, si j’ose dire, pour pouvoir faire ce cadeau électoral. Mais vous allez dire que j’ai mauvais esprit », a-t-il conclu.