Pourquoi Windows 11 est bien plus qu’un simple redesign

Microsoft n’a pas vu venir le virage mobile, et Windows en a payé le prix pendant des années. Avec Windows 11, dévoilé jeudi – et qui sera lancé d’ici la fin de l’année – l’entreprise ne repart pas de zéro. Mais semble enfin proposer une vision cohérente.

Nouveau look

Windows 11 adopte donc un nouveau look, avec une barre d’outils désormais centrée comme sur MacOS, des fenêtres arrondies et de nombreux effets de transparence. Surtout, le menu démarrer dit adieu aux infâmes tiles animées et propose un launcher moderne regroupant programmes et fichiers récents. Visuellement, le design aéré ne plaira pas à tout le monde, mais il a le mérite d’être cohérent, alors que Windows 10 souffrait d’une dualité entre des menus hérités de la version desktop et d’autres de Windows mobile/phone.

Compatibilité avec les apps Android

Il est loin, le temps où Windows avait 95 % d’un marché qui se résumait aux ordinateurs. Dans un monde « mobile first » où les PC sont désormais minoritaires, Microsoft, après avoir capitulé face à la domination d’Android et d’iOS, a été contraint de s’adapter et de s’ouvrir vers l’extérieur. Sous l’impulsion de Satya Nadella, l’entreprise a porté ses logiciels sur les plateformes concurrentes. Windows 11 construit un pont dans l’autre sens : l’OS sera compatible avec les apps Android en passant par la boutique d’applications mobiles d’Amazon et en s’appuyant sur la technologie Intel Bridge. On n’y trouvera donc pas les apps maison de Google, comme Maps, mais Windows aura accès à des millions d’applis (affichées dans une fenêtre) comme TikTok, qui avaient fait l’impasse sur la boutique Windows store. Toujours du côté de l’ouverture, Windows 11 intégrera Teams pour la visioconférence, avec des appels vidéo qui pourront être passés vers n’importe quel appareil, y compris sous iOS et Android.

Continuité selon les usages

Le thème en vogue est la « continuité ». PC, smartphone, tablette, télé… On passe de l’un à l’autre sans transition. Apple a développé des ponts entre iOS et MacOS, et Google entre Android et Chrome OS. Windows 10 changeait déjà automatiquement en mode PC ou tablette pour les appareils 2-1, mais cette nouvelle édition affine l’expérience. Dans le design mais aussi les usages, avec la force de Microsoft dans le Cloud. Son service Xbox Game Pass, notamment, permet de continuer une partie sur un autre appareil.

Disponibilité

Windows 11 sera disponible sous la forme d’une mise à jour gratuite (depuis Windows 10) d’ici la fin de l’année. Mais les plus impatients pourront installer une version preview via le programme Insider dès lundi. Pour savoir si sa machine est compatible, il suffit de télécharger l’appli Windows PC Health ici. Attention, en général, de telles versions contiennent de nombreux bugs. A vos risques et périls, donc.