«Pourquoi pas du foot mixte?», propose (entre autres) Ségolène Royal après la Coupe du monde féminine

Ségolène Royal, ici dans une librairie de Bruxelles en décembre 2018. — Didier Bauweraerts/ISOPIX/SIPA

Apparemment, Ségolène Royal a aimé ce qu’elle a vu pendant la Coupe du monde féminine en France. L’ancienne candidate à l’élection présidentielle a jugé « extraordinaire » l’engouement populaire suscité par l’équipe de France. « En quelques semaines, ces athlètes ont fait plus pour la cause des femmes que des mois et des années de discours et de combat », a-t-elle dit jeudi dans une interview accordée à Yahoo Actualités.

On passera vite sur la caricature des femmes qui « ne contestent pas » en opposition aux hommes qui « se balancent des insultes sur leurs mères », avec « des enfants qui peuvent venir dans les stades sans risque d’écrasement » dans le football féminin. Pour l’actuelle ambassadrice chargée des négociations internationales relatives aux pôles arctique et antarctique, la compétition et les succès d’audience ont montré que les programmateurs et les diffuseurs « avaient tort » toutes ces années de ne pas montrer plus de sport féminin à la télé. « Il y a une hiérarchie, juge-t-elle. On considère le sport féminin moins important parce que moins puissant, on a entendu un nombre de bêtises incalculables pour justifier ça. »

Selon Ségolène Royal, il n’y a pas que le traitement télévisuel qui pose problème. « Dans les fédérations sportives, il faudrait analyser et remettre en cause les discriminations, inconscientes ou parfaitement conscientes, sous prétexte que le sport féminin est un sous-sport », assène-t-elle.

« Pourquoi la finale des femmes est le samedi, et celle des hommes le dimanche ? »

Elle prend l’exemple de Roland-Garros, « un scandale » selon elle. « Les femmes c’est en trois sets. Les hommes, en cinq sets. Depuis des années, on se demande pourquoi les femmes c’est en trois sets. Parce que ça n’intéresse pas, il ne faut pas occuper trop d’antenne, ce n’est pas intéressant, analyse l’ancienne ministre. Et pourquoi la finale des femmes est le samedi, et celle des hommes le dimanche ? Pourquoi ce n’est pas tiré au sort ? »

Lors des prochains Jeux olympiques de Tokyo, en 2020, elle aimerait que l’on voie « autant de sport féminin que masculin ». Elle ajoute : « Et peut-être même un jour des équipes mixtes. Mais pourquoi pas du foot mixte ? Vous imaginez le spectacle ? Ce serait extraordinaire ! »

2,7K partages