Pour une pension alimentaire non payée, un Australien bloqué en Israël jusqu’au 31 décembre… 9999

Un Australien est coincé en Israël pour des milliers d’années, à moins d’acheter sa liberté au prix fort. Ce chimiste de 44 ans a été condamné par un tribunal à verser 7,5 millions de shekels (plus de 2 millions d’euros) à son ex-épouse, rapporte le site news.com.au. La somme correspond à plus de 1.400 euros par mois et pour chacun de ses deux enfants jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de 18 ans.

« Je suis bloqué en Israël depuis 2013 », a raconté le ressortissant australien. En 2011, son ex-épouse, israélienne, qui vivait alors avec lui en Australie est repartie vivre dans son pays d’origine avec leurs enfants âgés de trois mois et cinq ans à l’époque. Le père les a rejoints un an plus tard. Mais l’année suivante, sa femme demande le divorce. L’Australien est alors condamné à payer la lourde pension alimentaire. S’il ne le fait pas, il devra rester en Israël jusqu’au 31 décembre… 9999.

De nombreux d’autres cas

Dans son interview au média australien, le père de 44 ans s’est estimé « pris en otage » pour une « dette future ». Une décision qu’il a qualifiée de « violation de ses droits fondamentaux ». Il a assuré que d’autres étrangers sont aussi « persécutés par le système de justice israélien parce qu’ils étaient mariés à des ressortissantes du pays ».

Ce sursis de sortie s’apparente à des barreaux de prison pour le quadragénaire, qui n’aurait pas les moyens nécessaires pour régler sa dette auprès de la justice de l’État hébreu. Selon un cabinet d’avocats israélien, cette mesure radicale vise à empêcher les hommes d’échapper à leurs obligations légales.