Pour Carlos Diaz, d’Uncut.fm, « la blockchain a été inventée pour nous rendre libres, pas riches ! »

A chaque itération du web, Carlos Diaz a innové et entrepris. Avec l’avénement du Web 3, l’investisseur que beaucoup connaissent aujourd’hui pour son podcast Silicon Carne a monté une nouvelle boîte : Uncut.fm. Cette plateforme de mise en relation entre les créateurs de contenu et leur audience a vocation à révolutionner la monétisation des podcasts. Nous l’avons reçu mardi 21 juin dans notre émission Twitch, 20 Mint au Carré. 

Pourquoi as-tu lancé Uncut.fm?

En tant que podcasteur, j’avais la frustration de ne pas connaître mon audience. Silicon Carne est un podcast qui marche super bien. J’ai des chiffres mais ce sont ce qu’on appelle des vanity metrics. J’ai un nombre de téléchargements tous les mois mais je ne sais pas qui m’écoute. On s’est posé la question de savoir comment on pouvait utiliser ces nouveaux outils web 3 pour créer une nouvelle relation avec notre audience parce qu’aujourd’hui les plateformes centralisées, comme Spotify ou Apple Podcast ne souhaitent pas que les créateurs aient des relations directes avec leur audience. C’est leur modèle économique. On croit que c’est notre audience mais ce n’est pas notre audience. C’est une audience qu’on loue à ces plateformes.

Que change Uncut?

La motivation d’Uncut.fm, ça a été de créer la première infrastructure blockchain pour les podcasters. Pour leur permetttre de transformer leur contenu en token et d’offrir directement ces tokens à leur audience. Ces tokens, ça peut être un épisode complet, un extrait d’un épisode, tout autre chose, une image, une vidéo, un objet 3D etc.

Aujourd’hui, sur notre plateforme les podcasteurs ont une page qui leur est dédiée. Et ils vont pouvoir dropper sur cette page des tokens qui ont une utilité. Par exemple, avec Silicon Carne, le jeton donne accès à l’Hacienda qui est une communauté fermée autour de l’émission. J’organise plein de choses avec ces gens-là qui se sont identifiés comme mes super-fans, qui me font confiance et soutiennent le show. 

Pourquoi parler de token et pas de NFT?

Le problème avec le terme de NFT c’est qu’il est galvaudé. Il est souvent perçu comme un objet spéculatif. Je ne pense pas que mon audience achète un token de Silicon Carne parce qu’il va faire une plus-value. Peut-être qu’il y a un marché secondaire pour ces tokens-là mais ce n’est pas le but. Ce sont des tokens pour les fans, des objets communautaires autour desquels les gens se rassemblent. Mais techniquement, oui, ce sont des NFT.

Ça change quelque chose de minter des NFT?

Tu n’es plus tributaire d’un serveur centralisé d’hébergement. Quand tu mintes des NFT, sur Uncut.fm, la partie média (le contenu) est automatiquement hébergé sur Arweav qui est un serveur IPFS, décentralisé, et donc elle est disponible éternellement. Il y a une adresse qui est créée pour ce contenu. Ce qui veut dire que si moi, le créateur, je le retire de mon flux RSS, il reste accessible. Je ne suis plus en contrôle de ce contenu, c’est la communauté qui a la main dessus. Il est devenu un bien public.

Et le droit à l’oubli?

Là, c’est fini. A partir du moment où le contenu a été minté, il a été rendu public et éternel. A moins que chacun des propriétaires de ce token ne demande à Arweave de le brûler…

Et si tu transformes en Joe Rogan, on ne pourra pas supprimer les épisodes…

Mais c’est aussi pour ça qu’on a créé Uncut.Fm. On sait très bien que les plateformes centralisées jouent un rôle de modération, quelques fois positif mais aussi très négatif. Elles décident de mettre en avant tel ou tel créateur selon leurs intérêts économiques. Spotify est une vraie menace pour les podcasteurs indépendants. Ils ont leur propre production de podcast qu’ils vont mettre en avant au détriment des podcasts indépendants. Le web 3 permet de s’affranchir de ce diktat que nous imposent les plateformes et de reprendre le pouvoir.

C’est-à-dire?

La blockchain n’a pas été inventée pour nous rendre plus riche mais pour nous rendre plus libre. C’est le véritable enjeu. On s’est trompé sur cette dernière année d’euphorie, notamment autour des NFT. Aujourd’hui le pouvoir est concentré entre quelques plateformes et c’est très problématique. On a inventé avec le web un protocole qui était ouvert et à un moment on a merdé parce qu’on avait besoin de capacités technologiques qu’on n’était plus capable d’offrir gratuitement. Des sociétés se sont emparées de ça pour inventer des outils certes géniaux mais qui sont venus avec un coût : notre liberté.

Comment Uncut.fm s’inscrit dans tout ça?

En nous débarrassant des intermédiaires. Notre idée, c’est de mettre le podcasteur et l’auditeur en relation directe. On ne prend aucun cut sur les ventes qui sont faites par le créateur. 100% des revenus générés par la vente des tokens vont au podcasteur. On permet au créateur d’inventer son propre modèle économique.

Et tu te rémunères comment?

C’est une grande question (rires). On va certainement être dans un modèle où la plateforme sera gratuite. Tu pourras minter X tokens gratuitement et si tu veux minter davantage, tu devras payer un prix par minting. En fait, je te vends la galette du vinyle, la matière technologique, mais le prix auquel tu vends le contenu ne me regarde pas. Je ne prendrai pas de cut.

L’idée, c’est de gagner juste de quoi faire tourner la plateforme ?

Tu dis que je ne vais pas faire d’argent mais ce n’est pas du tout ce que j’annonce à mes investisseurs. Si j’ai un créateur qui a une communauté énorme, il va avoir besoin de minter des grandes quantités de tokens, et donc je ferai beaucoup d’argent avec les gros. OK je vais faire très peu avec les petits mais je ne suis pas là pour piquer des bonbons aux gamins. Il faut qu’on sorte du diktat qui dit que pour vivre on a besoin de millions d’auditeurs. C’est un modèle qui ne repose que sur la publicité. Moi, je pense qu’on peut financer son podcast avec une communauté de 1000 fans. Je ne vais peut-être pas gagner énormément avec ces créateurs-là, mais je vais gagner de l’argent avec les plus gros. Eux, je vais leur prendre plein de thunes (rire).

Tu expérimentes Uncut.Fm avec ta propre émission depuis deux mois. Ca fonctionne?

A l’heure où je vous parle, j’ai minté 205 tokens. Ils ont tous été vendus dans les heures qui ont suivi leur sortie. Ca nous a permis de réunir 3,37 ethers (3500 euros au moment de l’émission). 80% de la vente de ces NFT, je les garde dans le wallet. Et cet argent, je m’en sers pour créer un trésor de guerre que la communauté utilisera comme elle veut. Il y a eu des idées de malade. Il y a des gens qui veulent monter un camp à Burning Man et distribuer du chili con carne à tout le monde là-bas. Et pourquoi pas?

Arrives-tu à comprendre pourquoi les gens sont prêts à payer pour acheter tes tokens?

Mon message auprès de ma communauté est très simple. Je leur dis « nous ne voulons pas de sponsor pour Silicon Carne ». Je ne veux pas me transformer en vendeur de matelas avec ce show. Je ne veux pas d’annonceur. Je refuse de mettre mon contenu derrière un paywall. Il y a une injustice énorme à dire « si tu as de l’argent, tu auras accès à mon contenu, paie. Et même paie tous les mois ». Non, mon contenu je veux le partager avec le plus grand nombre. Je ne veux pas non plus demander la charité. Je veux créer des choses pour vous, vous les offrir et si elle vous plaise, achetez-les et ça, ça prend la forme d’un token.