PODCAST. « Minute Papillon ! »: Notre attention commercialisée… par Wall Street

Des enfants regardent la télévision (illustration). — DELAHAYE CATHERINE/SIPA

Dans « Minute Papillon ! » aujourd’hui, on parle d’attention avec le professeur Yves Citton*. Entre la dernière série, le fil de votre réseau social préféré, les vidéos qui défilent et votre journal, jamais notre attention n’a été aussi disputée. De nombreux livres dénoncent ce déferlement d’informations qui pousserait les plus jeunes à devenir des « crétins* »…

Pour écouter ce podcast avec Yves Citton, c’est simple comme un clic dans le lecteur audio ci-dessous

Dans son livre Pour une écologie de l’attention (Seuil), Yves Citton revient sur la sursollicitation de notre attention. Mais explique que l’avènement du numérique ne nous condamne pas à devenir des idiots dissipés.

Le problème est qu’« aujourd’hui prime une logique de vente de l’attention et les problèmes commencent là. Le souci c’est ce modèle dominant de la commercialisation de notre attention », selon cet universitaire. « Nos vies sont conditionnées par les orientations de nos attentions décidées dans les bourses et à Wall Street », ajoute-t-il.

Comment s’en sortir ? En nous rendant plus attentifs les uns aux autres ainsi qu’aux défis environnementaux qui menacent notre milieu, explique Yves Citton. C’est ce qu’il décrit comme une « écologie de l’attention ». 

*Yves Citton est professeur de littérature et média à l’Université Paris 8 et codirecteur de la revue Multitudes

*La fabrique du crétin digital : Les dangers des écrans pour nos enfants de Michel Desmurget (Seuil, 2019)

Pour retrouver en intégralité cette interview d’Yves Citton sur l’attention, recueillie par Antoine Magallon, c’est par ici

Crédits sons : Longing – Joakim Karud/Musique libre de droits/Bisquit soul de Noodgroove – Fugue Icons8.com/Bruitage, loop : universal-soundbank.com

Podcast

PODCAST. «Dans ma bagnole»: Romain, «Téléphone» à fond vers le sud

Podcast

PODCAST. «Dans ma bagnole»: Hélène avec Julien Clerc et Renaud, ou la mélancolie des retours de vacances

0 partage