Pédocriminalité dans l’Eglise : Benoît XVI demande pardon aux victimes, mais nie avoir couvert des prêtres

Dans une lettre transmise par le Vatican, l’ancien pape Benoit XVI persiste et signe : il n’a jamais dissimulé d’actes d’agressions sexuelles lorsqu’il était archevêque ou souverain pontife, comme l’affirme un rapport publié en Allemagne. Il a cependant reconnu avoir « regardé dans les yeux les conséquences d’une très grande faute ». Et, a-t-il souligné, « j’ai appris à comprendre que nous sommes nous-mêmes entraînés dans cette grande faute quand nous la négligeons ou quand nous ne l’affrontons pas avec la décision et la responsabilité nécessaires, comme il est trop souvent arrivé et qu’il arrive encore ».

« Je ne peux qu’exprimer, une fois encore, à l’égard de toutes les victimes d’abus sexuels ma profonde honte, ma grande douleur et ma demande sincère de pardon. J’ai eu de grandes responsabilités dans l’Église catholique. Ma douleur est d’autant plus grande pour les abus et les erreurs qui se sont produits au cours de mon mandat en différents lieux », qu’il ait été archevêque de Munich (1977-1982) ou pape (2005-2013).

Le rapport dit-il vrai ?

Selon le rapport du cabinet Westpfahl Spilker Wastl (WSW) recensant plus de 400 victimes de violences sexuelles dans l’archevêché de Munich et Freising, le cardinal Joseph Ratzinger, avant qu’il ne devienne pape, était au courant du passé pédocriminel d’un prêtre, Peter Hullermann.

Dans un document également transmis mardi par le Vatican, des conseillers du pape émérite réfutent les accusations du rapport de 8.000 pages qu’ils ont passées au crible pour lui. « En tant qu’archevêque, le cardinal Ratzinger n’a été impliqué dans aucun acte de dissimulation d’abus », assurent ces quatre conseillers, évoquant des informations « inexactes » contenues dans le rapport allemand.