Paris : Le préfet Lallement assène un dernier tacle à Anne Hidalgo sur la sécurité du 14-Juillet

Qui aime bien châtie bien, dit-on. Si le proverbe se confirme, Didier Lallement est le BFF d’Anne Hidalgo. On parierait le contraire après la nouvelle charge assénée par le préfet de police de Paris à la maire PS. Le représentant de l’Etat, dont le départ doit être entériné ce mercredi en Conseil des ministres, a critiqué l’édile pour le dispositif de sécurité de la Ville lors du feu d’artifice du 14-Juillet.

Si aucun incident grave ne s’est produit lors du concert et du spectacle pyrotechnique donné à la Tour Eiffel, « le dispositif mis en place par la Ville de Paris a été défaillant en plusieurs endroits », écrit Didier Lallement dans une lettre datée de samedi dont l’AFP a obtenu copie.

« Insuffisante culture d’organisation et de sécurité de la Ville de Paris »

La mairie, dont les agents encadraient les effectifs de sécurité privée, était responsable du filtrage des spectateurs sur le Champ-de-Mars, où la police nationale fournissait un « appui » aux quatre points d’accès, rappelle le préfet. Il souligne une « insuffisance numérique des agents de sécurité privée aux points de filtrage », à l’origine d’embouteillages, mais aussi « des retards » dans la prise de position de ces agents ou encore leur « mauvais emploi ».

Ces « dysfonctionnements » ont obligé des policiers nationaux à prêter main-forte sur certains secteurs plutôt que de se concentrer sur la lutte antiterroriste et anti délinquance, estime le préfet, pour qui la Ville est également responsable d’un défaut de comptage et d’information du public.

A 21 heures, la mairie a déclaré complet le Champ-de-Mars qui pouvait accueillir 70.000 spectateurs, ce qui a engendré de nombreuses frustrations et critiques, notamment sur le manque d’information. La police nationale a dû alors « aider la Ville à tenir ses points d’accès » et « prévenir tout débordement », écrit encore le préfet, relevant une « insuffisante culture d’organisation et de sécurité de la Ville de Paris qui doit largement s’améliorer dans la perspective des Jeux olympiques de Paris 2024 ».

Crack et voiture, points d’achoppement entre Hidalgo et Lallement

Reconnaissant des « dysfonctionnements techniques », l’adjoint d’Anne Hidalgo à la sécurité, Nicolas Nordman (PS), a fustigé une « intervention pathétique et regrettable » du préfet, « sans doute marqué par son échec au Stade de France » et qui « essaye de détourner l’attention sur ce qu’il ne s’est pas passé le 14-Juillet ». A l’occasion du départ de Didier Lallement, attendu mercredi lors du Conseil des ministres, Nicolas Nordman a dit souhaiter « rétablir des relations de confiance sur le plan technique et opérationnel avec le futur préfet de police ».

Les relations entre les deux institutions sont devenues exécrables ces derniers mois, tant sur le dossier brûlant des consommateurs de crack que sur les projets de réduction de la place de la voiture défendus par la Mairie. La veille du feu d’artifice, Anne Hidalgo avait dénoncé un « désengagement inédit et non concerté » de la préfecture de police pour la sécurisation du Champ-de-Mars, une accusation rejetée par la préfecture.