Paris « condamne » le lancement d’une fusée iranienne

Le lancement de la discorde. La France a « condamné » vendredi le lancement la veille d’une fusée par Téhéran au moment où les négociations sur le programme nucléaire iranien ont repris et se trouvent selon elle en plein « progrès ».

« La France condamne ce lancement qui n’est pas conforme à la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies », a indiqué la diplomatie française dans un communiqué. « Ces activités sont d’autant plus regrettables qu’elles interviennent à un moment où nous enregistrons des progrès dans la négociation nucléaire à Vienne ».

L’Iran a affirmé jeudi avoir lancé dans l’espace une fusée transportant trois appareils de recherche spatiale.

Paris réprouve le lancement

« Du fait de la grande proximité des technologies employées pour les lancements spatiaux et les tirs balistiques, ce lancement participe directement aux progrès déjà préoccupants de l’Iran dans son programme de missiles balistiques. Le rôle du ministère de la Défense dans ce lancement témoigne du lien étroit entre ces deux programmes », estime le Quai d’Orsay.

« Ce lancement fait par ailleurs suite au tir de missiles balistiques le 24 décembre », également non conformes à la résolution 2231 qui « appelle l’Iran à ne pas procéder à des activités liées aux missiles balistiques conçus pour être capables d’emporter des armes nucléaires », fait-il valoir.

Des négociations sur le nucléaire iranien

Ce tir de fusée intervient en pleins pourparlers pour sauver l’accord de Vienne. Ils ont été relancés fin novembre, après cinq mois d’interruption, entre Téhéran et les pays encore parties au pacte (France, Royaume-Uni, Allemagne, Russie, Chine).

Les négociations visent à faire revenir dans l’accord les Etats-Unis, qui l’avaient quitté en 2018 et avaient rétabli des sanctions contre l’Iran. Washington y participe de manière indirecte.