Paris a un nouveau plan bus… «C’est sûr que je vais utiliser cette ligne, plutôt que le métro»

Une des nouvelles stations de bus de la ligne 45 Concorde-Aubervilliers. Samedi 20 avril, Ile-de-France Mobilités lance son nouveau plan bus. — M. de Fournas / 20 Minutes

  • Samedi, le nouveau réseau de bus parisien sera lancé. Cinq nouvelles lignes de bus, 4.000 stations modifiées et 15 % de bus en plus : des changements radicaux sont à prévoir.
  • Des nouveautés que les futurs usagers attendent avec impatience, notamment ceux de la nouvelle ligne de bus 45 qui reliera Concorde à Aubervilliers.

« Ah tiens, regarde, il y a un arrêt place Franz-Liszt, génial ! On adore y aller, c’est très sympa l’été, avec la petite église ! », lance Chantal en montrant à son mari Gérard le plan de la nouvelle ligne de bus 45 qui reliera Concorde à Aubervilliers à partir du 20 avril. Une excellente nouvelle pour ces résidents du 19e arrondissement qui trouvent que le quartier manque cruellement de bus.

« Effectivement, on voit bien sur l’ancien plan, que les 19, 19 et 20es arrondissements sont délaissés en lignes de bus », explique Ile-de-France Mobilité. A partir de samedi, l’historique réseau de bus parisien sera modifié afin de mieux s’adapter aux évolutions démographiques et aux nouveaux pôles d’activités de Paris et sa périphérie. Bilan : 4.000 stations modifiées par l’ajout ou le retrait d’un passage de bus et 265 nouvelles stations créées notamment via l’ouverture de cinq nouvelles lignes, dont la 45.

 

« Ça serait bien que cette nouvelle ligne compense un peu les autres. Il y a bien les bus 54 et le 60, mais ils ne passent pas assez fréquemment, il faut au moins attendre 15 minutes, du coup ils sont souvent pleins », analyse Gérard. « Entre les nouvelles lignes créées, l’augmentation des fréquences de certains bus, les horaires qui vont durer plus tard le soir, vers 23 heures-minuit et l’augmentation des bus le week-end, il y aura en moyenne 15 % de bus en plus, promet Ile-de-France Mobilité qui finance le projet. Il a fallu embaucher 700 chauffeurs en plus. Toutes ces nouveautés représentent 40 millions d’euros, soit le budget du réseau de bus de la ville de Dunkerque. »

Une bonne nouvelle pour Louise, étudiante de 19 ans qui préfère « largement » prendre le bus que le métro. « Je vis dans le 18, à Damremont-Ordener et dois rejoindre chaque matin les cours Florent, avenue Jean-Jaures dans le 19e. C’est sûr que je vais utiliser cette ligne, plutôt que le métro 7 qui suit un peu le même trajet », explique la jeune fille en précisant que ce dernier est particulièrement « petit, sale, lent ». « Et aussi très encombré ! Ça se bouscule beaucoup et parfois il y a des vols », complète Marie, 62 ans qui travaille dans le Emmaüs du quartier. Elle confirme qu’elle utilisera aussi la ligne, notamment pour aller à Aubervilliers faire des achats.

Trajets simplifiés

« Cette ligne a l’avantage de simplifier la jonction entre Aubervilliers et le cœur de Paris et en passant par de nombreuses correspondances de tramways, RER ou métros », commente Ile-de-France Mobilité. Des correspondances que Quentin, habitant du Plessy-Robinson dans les Hauts-de-Seine et étudiant dans le 19e étudie avec attention : « Quand je viens avec le RER et le métro, j’ai quatre changements avant d’arriver. Là, si je descends à gare du Nord pour prendre ce bus, ça ne m’en fera plus que deux ! »

L’étude du nouveau plan sera nécessaire pour s’approprier ce réseau de bus. Pour cela la RATP déploiera quelque 10.000 agents samedi, jour du lancement et à la rentrée des classes après les vacances de Pâques pour aider au mieux les usagers.

Paris

Acheter son ticket à bord d’un bus «fait perdre 150.000 heures par an sur les trajets»

Paris

La RATP enregistre les secrets des transports en commun parisiens

15 partages