OM-OL: Un Vélodrome bouillant pour des Olympiens complètement cuits… Lyon dévore Marseille

Le Commando Ultra 84 a fait très fort en déployant une vingtaine de banderoles. — G. Julien / AFP

Un anniversaire ne se fête pas sans bougies. Une saison pourrie ne se termine pas sans lazzis. Les South Winners ont craqué quelques fumigènes pour célébrer leurs 32 ans, ce dimanche. Puis, avec tout le Vélodrome, ils ont copieusement sifflé les Marseillais, de nouveau battus par le rival lyonnais (0-3).

Un climat évidemment bouillant

Jean-Michel Aulas était dans tous ses états en arrivant au Vélodrome. Une vitre du bus lyonnais a été fissurée par des projectiles. Trois cents policiers étaient sur les dents pour tenter de contenir la frustration des Marseillais, fous de rage après leur 19e défaite de la saison. Les Ultras ont fustigé un « tisane project », déclinant ce thème à l’infini (« naufrage project », « com en bois project »…). Les Fanatics jugent eux que les joueurs n’ont « ni les épaules ni les coui**** pour porter ce maillot. »

Comme une formalité pour les Lyonnais

Cela fait cinq ans que l’OM n’a pas battu l’OL en Ligue 1. Très couards, les Marseillais n’ont fait que vingt bonnes minutes, en début de deuxième mi-temps. Mais la frappe de Gustavo a frôlé le montant (57e) et le carton rouge de Caleta-Car (67e) a mis fin aux espoirs Olympiens.

Les Lyonnais, en orange DDE, avaient ouvert le score rapidement. Aouar a frappé, la défense a mal renvoyé et Cornet veillait (0-1, 24e). Sans la bêtise de Depay, l’OL aurait mené 2-0 quatre minutes plus tard. Ils ont attendu la toute fin du match pour doubler la mise. Une talonnade lumineuse d’Ndombélé, une jolie frappe de l’entrant Dembélé (0-2, 83e) ont assuré la 24e qualification européenne consécutive de l’OL, assise par une contre attaque de Cornet (0-3, 86e). Et Lyon, 3e, a désormais quatre longueurs d’avance sur Saint-Etienne.

La leçon de Lopes

En deux minutes, on a vu tout ce qui manquait à Mandanda, en décrépitude cette saison. Le Marseillais a mis trois plombes à sortir dans les pieds d’un Depay malhabile. Sur l’attaque suivante, Lopes s’imposait sous les crampons de Gustavo. Le Portugais a sauvé son équipe dès la 17e, d’une claquette sur une reprise de près d’Ocampos. Rebelote à la 60e, face à Sakai.

Sa seule erreur a été couverte par Dubois (48e). Lopes s’est chauffé avec Balotelli, en a beaucoup rajouté, mais n’a pas craqué. Après sa baston de l’an dernier, c’est une leçon qu’il a donnée cette année.

Sport

Ligue 1: La très large victoire de Lyon à Marseille à revivre en direct comme à la maison (0-3)

Sport

OM-OL: Il y a dix ans, Lyon a-t-il voulu «choisir son successeur» et priver Marseille du titre de champion?

47 partages