OM – OL : « On a gagné ce match grâce au cœur », savoure Igor Tudor

Au stade Vélodrome,

Un but célébré avec le cœur devant le virage sud, pour une victoire arrachée de la même façon face à l’ennemi juré. Le défenseur de l’Olympique de Marseille, Samuel Gigot a laissé exploser sa joie, et sa délivrance, en se jetant sur les filets du virage sud du stade Vélodrome plein de rage pour célébrer son ouverture du score (44e), dimanche, lors de la victoire de son équipe contre l’Olympique Lyonnais (1-0). Avec tout l’amour que lui et sa famille portent pour l’OM.

« C’est magnifique de pouvoir marquer dans un Olympico, c’est vrai que j’en ai rêvé. J’ai tout lâché, c’était beau. J’ai failli tout arracher mais c’était trop beau. Il y avait mon papa, il en rêvait. C’est un cadeau pour lui aussi », a savouré l’Avignonnais, débarqué de Russie à l’OM cet été.

« La volonté de combattre, souffrir »

Mais un cadeau, surtout, pour tous les supporters Marseillais qui pouvaient enfin savourer, après de trop longues semaines à voir leur équipe se saborder. Et là était bien là le problème, l’OM n’avait pas sur maintenir son avance lors de ses deux derniers matchs, contre Tottenham, mardi en Ligue des champions (1-2), ni contre Strasbourg, le week-end dernier en Ligue 1 (2-2). Avec à chaque fois des buts encaissés à la toute fin du match.

Avec l’ouverture du score d’un défenseur de la tête sur corner, juste avant la mi-temps, soit exactement le même scénario que contre Tottenham, et le début de seconde période des joueurs d’Igor Tudor, on flippait vraiment de revivre la même fin de soirée que mardi. Mais cette fois ils ont tenu, et l’entraîneur de l’OM sait pourquoi, au point d’apprécier ce second acte pourtant largement dominé par les Lyonnais. « La deuxième m’a beaucoup plu aussi, avec un grand cœur, la volonté de combattre, de souffrir, de lutter pour prendre ces trois points à tout prix. Cela vaut pour ceux qui ont débuté comme pour ceux qui sont entrés », a-t-il souligné.

« Sans ces caractéristiques, on ne gagnait pas »

Valentin Rongier à même vu ses « vieux démons » les rattraper : « Plus on recule plus on s’expose, pourtant on se dit de ne pas trop reculer, il faut qu’on arrive à gommer ça. Sur les derniers matchs, c’est ce qu’il s’est passé mais cette fois on a tenu et on n’a pas reproduit les mêmes erreurs. »

Grâce, aussi à un Pau Lopez encore très bon dimanche, et sauveteur des Marseillais à plusieurs reprises devant Alexandre Lacazette. « C’est merveilleux de l’avoir parce qu’il est très fort. Mais on a gagné ce match grâce au cœur, à l’envie, et le caractère de tous sur le terrain. Je pense que sans ces caractéristiques, on ne gagnait pas le match. Ce que j’ai vu dans le vestiaire, c’était très beau », a insisté l’entraîneur de l’OM. Dommage que ce trait de caractère arrive après la fin de phase de poule de Ligue des champions, et à un match de la coupure pour la Coupe du Monde. Sinon l’OM serait plus haut que la 4e place de Ligue 1, à un point de Rennes, mais déjà à six de Lens.