OM – OL : Les Marseillais reprennent enfin leur marche en avant face à de trop faibles Lyonnais

Au stade Vélodrome,

Le premier Olympico de la saison pour l’OM. L’Olympique de Marseille s’est imposé sur le plus petit des scores dimanche soir en clôture de la 14e journée de Ligue 1 face à l’Olympique Lyonnais (1-0). Les Marseillais reprennent enfin leur marche en avant au classement, après une grosse période de turbulence, grâce à une défense de fer et un Pau Lopez imbattable.

Le guerrier Samuel Gigot

Igor Tudor avait décidé d’aligner le même trident offensif que contre Tottenham, avec Amine Harit et Cengiz Under en soutien d’Alexis Sanchez. Mais comme mardi, c’est un défenseur qui a fait la différence pour l’OM, encore sur corner, de la tête, et une nouvelle fois juste avant la mi-temps, mais grâce à Samuel Gigot ce coup-ci (44e). Le défenseur natif d’Avignon est venu célébrer son but plein de devant le virage sud. Il est malheureusement sorti à l’heure de jeu, trop sonné après un choc de la tête avec Veretout. Mais heureusement qu’il était là, parce que les trois offensifs se sont encore trop peu montrés.

Des Lyonnais bien trop inoffensifs

C’était le cinquième match de Laurent Blanc depuis son arrivée au chevet de l’Olympique Lyonnais, mais le technicien français tarde à poser son empreinte sur son équipe. Il avait choisi d’aligner un milieu très jeune, avec Lepenant (19 ans) et Caqueret (20 ans), derrière ses deux attaquants plus expérimentés, Lacazette et Dembélé. Mais les Lyonnais ont eu beaucoup de mal à se créer des occasions en première mi-temps. Son double changement à la pause, Toko Ekembi pour Dembélé et Reine Adélaïde pour Aouar, n’a pas été décisif. Et quand ses joueurs étaient en position de marquer, Pau Lopez, le gardien de l’OM était là pour les dégoûter.

L’OM reprend enfin sa marche en avant

Cette victoire de l’OM contre l’OL, seulement la 2e en 16 matchs, marque surtout la fin d’un très long mois pour les Marseillais puisqu’ils restaient sur quatre défaites et un nul depuis leur dernière victoire contre Angers, fin septembre. « Octobre était décisif, vous l’avez rendu catastrophique ! Tous coupables ! Victoire obligatoire ! », pouvait-on d’ailleurs lire sur une banderole du virage nord. Longtemps dauphin du PSG, les hommes d’Igor Tudor avaient chuté à la 6e place avant la rencontre. Ce but de Samuel Gigot leur permet de sortir la tête de l’eau, et de remonter à la 4e place, à un point de Rennes. Les Lyonnais stagnent, eux, à la 8e place, à sept points des Marseillais. Une bouffée d’oxygène au classement, mais aussi pour Igor Tudor dont le nom a été largement hué par le stade Vélodrome à l’annonce des équipes.