OM: «Cette célébration porte chance!» On a retrouvé le Kényan qui a inspiré Thauvin et Balotelli

Le footballeur Sven Yidah a inventé la célébration «du boiteux» en juillet 2018. — Kariobangi Sharks

  • Le milieu de terrain Sven Yidah a inventé la célébration «du boiteux» en juillet 2018, pour dédramatiser l’exercice du pénalty.
  • Il est très fier que son geste soit repris par des grands noms du football européen. Sven Yidah, international kényan U23, rêve d’évoluer un jour dans un championnat européen.

Sven Yidah aurait préféré qu’on l’appelle pour lui annoncer qu’il avait tapé dans l’œil d’un recruteur européen. Il est tout de même très heureux de cette premier interview avec un journaliste du Vieux Continent. Sven Yidah a 20 ans, joue milieu défensif aux Kariobangi Sharks, à Nairobi, au Kénya. Il rêve d’affronter, un jour, les grands noms du football européen. En attendant, il les inspire : sa célébration dite « du boiteux » a été reprise par Florian Thauvin et Mario Balotelli. Ils ont célébré leurs buts en mimant des blessures, ce samedi, lors d’OM-Amiens. Sven Yidah a apprécié l’hommage, évidemment.

Etes-vous fier que votre célébration soit reprise ?

Je suis très heureux ! Je ne m’attendais pas du tout à ça. Je ne pensais pas que je serais médiatisé dans une des meilleurs championnats du monde, en Ligue 1 !

D’où vous est venue cette idée de célébration ?

Je réfléchissais, un jour, à cet exercice des penaltys. Et je me suis dit que c’était un moment où tout le monde – le public, les coachs, les joueurs – était extrêmement tendu. J’ai cherché une manière de faire baisser cette tension. J’ai décidé de faire peur à tout le monde en mimant une blessure… Puis, rapidement, de transformer cette peur en un éclat de rire ! Je suis très heureux que ça ait marché.

Vous l’avez déjà utilisée plusieurs fois ?

Deux fois seulement. La première fois, c’était en juillet 2018, lors d’un match de coupe face au Wazito FC. La deuxième fois, c’était en janvier dernier, lors d’un match en Tanzanie. Comme c’était une rencontre diffusée dans toute l’Afrique, ma célébration est rapidement devenue célèbre.

Au final, je ne l’ai faite que deux fois, et nous avons gagné les deux fois. Je pense que cette célébration porte chance ! D’ailleurs, vous avez remarqué ? Marseille a aussi gagné quand Mario (Balotelli) et Thauvin l’ont faite !

Vous suivez les championnats européens ?

J’aime beaucoup l’Afrique et les clubs africains, mais je rêve de jouer en Europe : les meilleurs clubs du monde sont en Europe. Je rêve de soulever un jour le trophée de la Ligue des champions !

Je travaille très dur pour jouer en Europe. Je n’ai que 20 ans et j’espère que je vais réussir à être sélectionné pour la Coupe d’Afrique des nations en juin… Et j’espère aussi aider l’équipe des moins de 23 ans à se qualifier pour la CAN U23.

Sur vos réseaux sociaux, vous utilisez beaucoup l’expression « hapo vipi. » Qu’est-ce que cela signifie ?

C’est du swahili, enfin, de l’argot… C’est l’équivalent de « ça passe, ou ça casse ! »

Sport

OM: Marseille va mieux mais Florian Thauvin fait le boiteux… Il explique sa célébration improbable

Sport

OM-Caen: La célébration cameraman de Thauvin, le vent de Rami et le fantôme Evra… Coulisses de zone mixte

Marseille

OM: «Elles étaient lourdes !» Patrice Evra débriefe sa célébration NSFW, son but… et les consultants