Nouvelle-Aquitaine : L’ostréiculture cherche à recruter des centaines de saisonniers avant les fêtes

Pour faire face à leur coup de feu annuel, les ostréiculteurs recherchent activement des bras pour les aider à trier et empaqueter leurs coquillages. Ce mardi, le comité régional conchylicole de marennes Oléron et le département de Charente-Maritime organisent un forum des saisonniers. Les entreprises inscrites pour le moment recherchent 850 personnes pour des missions courtes avant les fêtes. Au total, le bassin de Marennes Oléron, premier bassin conchylicole de France, a besoin de 4.500 saisonniers sur environ trois semaines avant l’expédition des huîtres qui se retrouveront sur beaucoup de tables pour les fêtes.

Les difficultés de recrutement s’accentuent au fil des ans. Pour y faire face, le département de Charente-Maritime a mis en place depuis quelques années un cumul possible d’une activité saisonnière avec jusqu’à 300 heures de RSA, pour que les candidats ne soient pas perdants en travaillant deux à trois semaines. Il s’agit d’aider les entreprises à recruter suffisamment pour ce pic d’activité, le plus important de l’année pour l’ostréiculture. « C’est un moment important, confirme Olivier Laban, président du comité régional de conchyliculture Arcachon Aquitaine (CRCAA) , même si l’ostréiculture arcachonnaise a diversifié un peu sa façon de vendre ces huîtres, notamment l’été avec la vente directe. »

Des saisonniers en galère de logement

Sur le Bassin d’Arcachon, le foncier est si cher que les saisonniers peinent à trouver une solution abordable pour se loger. « L’été, ils s’installent au camping mais l’hiver, c’est plus compliqué, explique Olivier Laban. On attaque tôt le matin et certains finissent en décalé le soir, donc il faut vraiment loger à proximité. » Il explique que certains saisonniers arrivent en camping-cars sur les ports pour travailler, souvent après avoir fait les vendanges.

Il y a six ans, le groupement d’employeurs des métiers de la mer (60 adhérents sur 300 entreprises ostréicoles) a été créé par Olivier Laban pour trouver du personnel à mettre à disposition des entreprises ostréicoles, en fonction de leurs besoins. Mais reste ce problème du logement qui complique les recrutements : « peut-être qu’un jour nous arriverons à créer des logements de fonction au sein de nos établissements mais pour l’instant la réglementation ne nous le permet pas », regrette le président du CRCAA. Les tensions sur les recrutements existent toute l’année dans ce secteur, aussi bien pour l’activité de production sur les parcs que pour le service, dans les cabanes de dégustation.

Les ostréiculteurs du Bassin d’Arcachon ne connaissent pas encore la majorité des précommandes de fêtes de fin d’année et donc leurs besoins en main-d’œuvre. Le conditionnement des coquillages démarre autour du 15 décembre mais « certaines entreprises ont aussi des besoins dès début décembre pour pêcher les huîtres sur les parcs, les calibrer, les prélaver, avant la mise en bourriches », précise Olivier Laban.