Nouveaux EPR, prolongement des réacteurs nucléaires et parcs éoliens… L’essentiel des annonces d’Emmanuel Macron

En visite à Belfort ce jeudi, Emmanuel Macron a présenté son plan pour l’avenir de l’énergie en France qui repose sur deux piliers : les énergies renouvelables et le nucléaire. 20 Minutes fait le point sur ces annonces.

  • Construire de nouveaux réacteurs

Au-delà de la prolongation des réacteurs existants, Emmanuel Macron veut faire construire d’ici 2050 six nouveaux réacteurs nucléaires EPR. Le candidat putatif à la prochaine présidentielle envisage aussi huit autres constructions supplémentaires. Il, a-t-il annoncé jeudi à Belfort, avec une mise en service du premier EPR2 vers 2035.

Ils seront complétés par de petits réacteurs modulables (SMR) et des réacteurs « innovants » produisant moins de déchets, avec l’objectif de « 25 gigawatts de nouvelles capacités nucléaires d’ici 2050 », une « révolution » justifiée par la hausse des besoins d’électricité.

  • « Prolonger tous les réacteurs qui peuvent l’être » au-delà de 50 ans

L’espérance de vie des réacteurs nucléaires ne convient pas au président français. Emmanuel Macron veut « prolonger tous les réacteurs qui peuvent l’être », au-delà de 50 ans si possible. Cette annonce représente une volte-face par rapport à ses objectifs de 2018, il envisageait alors d’en fermer une douzaine.

« J’ai pris deux décisions fortes : prolonger tous les réacteurs nucléaires qui peuvent l’être, sans rien céder sur la sûreté » et « qu’aucun réacteur nucléaire en état de produire ne soit fermé à l’avenir (…) sauf raison de sûreté », a-t-il dit à Belfort, précisant avoir demandé à EDF « d’étudier les conditions de prolongation au-delà de 50 ans ».

  • 50 parcs éoliens en mer pour 2050

L’autre axe de ses annonces porte sur les énergies renouvelables. Emmanuel Macron veut doter la France d’une cinquantaine de parcs éoliens en mer pour « viser 40 gigawatts en service en 2050 », un seuil très ambitieux, et de multiplier par deux la capacité de l’éolien terrestre, une augmentation plus lente que prévu.

Afin de doubler la production issue des énergies renouvelables électriques d’ici 2030, le chef de l’Etat a également appelé à Belfort (Territoires-de-Belfort) à multiplier « par près de 10 la puissance installée » de l’énergie solaire « pour dépasser 100 gigawatt ».

« Il nous faut développer massivement les énergies renouvelables », a-t-il affirmé, « tout simplement parce que c’est le seul moyen de répondre à nos besoins immédiats en électricité là où il faut 15 ans pour construire un réacteur nucléaire ». Le président sortant entend donc doubler la production issue des énergies renouvelables électriques d’ici 2030, et de « l’augmenter encore davantage d’ici 2050 ».