Nord : La mairie de Cassel veut faire de son « arbre de l’année » un emblème pour les enjeux environnementaux

Une semaine de rêve pour Cassel. La ville du Nord a vu, samedi soir, son club de football amateur devenir le petit poucet de la coupe de France. Et voilà que lundi midi, elle apprenait que le hêtre pleureur, inscrit au concours de l’« arbre de l’année 2022 », remportait le trophée haut la main. « Même pas besoin des tirs au but », ironisait Fabrice Duhoo, premier adjoint au maire de la commune, déjà élue « village préféré des Français » en 2018.

Ce concours, c’est un peu le « miss France » des arbres. Il est organisé depuis plus de dix ans par le magazine Terre sauvage avec le concours de l’Office national des forêts. Et pour 2022, c’est donc l’arbre qui trône sur les hauteurs de Cassel depuis près de 150 ans qui a gagné le droit de participer au concours européen, dès le mois de février. Pour la petite histoire, jamais un arbre français n’a été élu.

Un arbre qui date de 1880

Au départ, il y avait 150 candidats, puis une sélection de 15, un par région, a été définie par un jury. Avant que les internautes ne choisissent l’if nordiste avec près de 5.600 votes, soit presque mille de plus que le deuxième, un tilleul planté dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

« Nous avons retrouvé une photo datant de 1890 où on voit cet arbre au second plan, raconte Fabrice Duhoo. Au vu de sa taille de l’époque, nous avons estimé qu’il a dû être planté vers 1880 sur la terrasse du château, devenu jardin public. » Le hêtre a échappé à l’incendie du moulin en 1911 et aux bombardements de la ville en 1940. Aujourd’hui, cet arbre majestueux possède un tronc de 4,50 m de circonférence.

Pour l’adjoint au maire, « il pourrait tout à fait devenir l’emblème officiel des enjeux environnementaux pour la France ». « Nous lançons un appel au gouvernement, explique-t-il à 20 Minutes. Le hêtre est un arbre en voie de disparition. Pourquoi ne pas faire de ce hêtre pleureur le symbole de la lutte pour préserver le climat et la nature ? »

La balle est donc dans le camp des dirigeants français. Et en parlant de balle, le club de régional (6e niveau) doit rencontrer les stars du PSG, lundi, pour un 16e de finale historique de coupe de France. Ça laisse la porte ouverte à tous les espoirs.