Nord: Cet adolescent de 16 ans est devenu l’un des plus jeunes chefs d’entreprise de France

Gautier Decroix, 16 ans, élève au lycée Angelier de Dunkerque et créateur de sa propre entreprise d’événementiel. — Réseau Entreprendre

  • A bientôt 17 ans, Gautier Decroix est lycéen en 1re ES à Dunkerque. L’adolescent est l’un des plus jeunes chefs d’entreprise de France.
  • Il a déjà créé six emplois pour monter un site web réunissant des prestataires liés à l’événementiel.

Déjà chef d’entreprise à 16 ans. Le Dunkerquois Gautier Decroix est devenu l’un des plus jeunes entrepreneurs de France. Et pour cause, créer sa boîte avant 18 ans est normalement impossible, sauf cas particuliers.

Depuis qu’il a 14 ans, Gautier Decroix se passionne pour l’événementiel. Lui-même DJ à ses heures perdus, il s’est rendu compte qu’il n’existait aucun service simplifié pour emprunter le matériel de différents prestataires. « Il fallait visiter plusieurs sites web pour réunir DJ, sono, chapiteau, traiteur, artificier, baby-sitter, véhicules de location ou encore groupes de musiques », raconte-t-il à 20 Minutes.

Regrouper des prestataires de l’événementiel

Résultat, il a décidé de monter lui-même ce business en proposant des événements clé en main. Pour l’instant, une trentaine de prestataires se sont lancés dans cette aventure. L’adolescent en espère 500 très rapidement pour couvrir toute la France avec son site web Yourparty. Lancement officiel prévu vers la mi-mai.

En attendant, l’ado a déjà créé l’entreprise chargée de piloter la plate-forme internet. Six emplois ont été créés. Aidé par Réseau Entreprendre, il passe progressivement du statut de lycéen, en 1re ES, à celui de patron. « Je me lève tôt et je me couche tard pour rattraper les cours auxquels je n’arrive pas à assister, avoue-t-il. Mais tous les matins, je suis heureux d’être en train de monter mon entreprise. »

Le jeune Dunkerquois a dû aussi s’associer avec son beau-père pour déposer les statuts de sa SAS. « Entre 16 et 18 ans, les démarches sont particulières, précise Bénédicte Waymel, responsable de ce genre de dossiers à la CCI Littoral-Hauts-de-France. Tout dépend s’il s’agit d’un mineur émancipé ou non. »

Autorisation parentale obligatoire

Demander son émancipation nécessite une procédure juridique qui permet, ensuite, de diriger n’importe quelle entreprise, sauf dans le cas d’un bar-tabac, par exemple. Si la demande d’émancipation n’est pas possible, une autorisation parentale reste obligatoire. « Dans ce cas, il pourra être gérant de sa boîte, mais dans des conditions limitées », note Bénédicte Waymel.

Ce genre d’initiative demeure, néanmoins, très marginal. En 10 ans d’accompagnement, la responsable de la CCI a supervisé environ 6.000 projets. « Je me souviens seulement de deux projets portés par des personnes mineures », assure-t-elle.

Le jeune chef d’entreprise aura 17 ans à la fin du mois. Dans un an, il doit récupérer toutes les parts de la SAS. Et prendre, seul, son envol.

Société

Un restaurant italien de Rennes emploie des autistes pour les aider à s’insérer professionnellement

Société

Ils lancent un guide sur la transidentité à destination des DRH et managers

0 partage