Non, cette vidéo ne montre pas « l’humiliation d’une jeune Malienne en France »

Ce sont des images choquantes qui circulent sur WhatsApp. Une vidéo, intitulée à tort « humiliation d’une jeune Malienne dans une ville de France », montre deux hommes et une femme blancs uriner sur une femme noire, nue, recroquevillée sur le sol, alors que des spectateurs impassibles regardent la scène.

Un lecteur nous a alertés sur ces images, que l’on trouve également sur d’autres réseaux sociaux.

FAKE OFF

En effectuant une recherche inversée d’images, on retrouve la source de cette vidéo : il ne s’agit pas de l’humiliation d’une Malienne en France, maisde la mise en scène d’une artiste. La femme qui se fait uriner dessus est l’artiste guatémaltèque Regina José Galindo. Sa performance, appelée « Piedra » (« pierre » en français), s’est déroulée le 17 janvier 2013 à l’université de Sao Paulo, au Brésil, dans le cadre de rencontres de l’Institut hémisphérique, un centre qui regroupe « des artistes, des universitaires, des écrivains, des apprenants et des militants de toutes les Amériques ». Leur mission est de se « concentrer sur la justice sociale et [et faire] des recherches sur la culture et la performance politiquement engagées ».

L’artiste sud-américaine explique s’être recouvert le corps de charbon pour – symboliquement – devenir une pierre et porter en elle « l’histoire du monde ». Transformée en pierre, l’artiste décrit dans un poème « ne pas ressentir les coups/l’humiliation/les regards lubriques/les corps au-dessus du mien/la haine ».

Une artiste qui met en scène son corps

Regina José Galindo utilise régulièrement son corps dans ses performances. Elle explique partir du contexte de la société guatémaltèque, déchirée par une guerre civile pendant plus de trente ans, pour « explorer et accuser l’implication éthique de la violence sociale et des injustices liées au genre et la discrimination raciale, ainsi que les violations des droits de l’homme résultant des inégalités endémiques dans les relations de pouvoir des sociétés contemporaines ».

Le détournement de cette mise en scène surgit sur les réseaux sociaux à un moment de regain de tensions entre la France et le Mali. La junte militaire au pouvoir au Mali a expulsé l’ambassadeur français le 31 janvier. Les troupes françaises sont présentes dans le pays depuis 2013, mais pourraient réduire leur présence sur place.