Non, cette vidéo ne montre pas des émeutes en banlieue pendant le confinement

Un extrait de la vidéo sortie de son contexte. — capture d’écran/Facebook

  • Une séquence d’un peu plus de deux minutes est relayée sur Facebook comme sur Twitter.
  • Elle est censée montrer des tensions en banlieue, en pleine période de confinement, selon l’une des descriptions qui lui est attribuée.
  • Mais un détail que l’on retrouve dans d’autres vidéos datant de février 2017 à Bobigny (Seine-Saint-Denis) permet de constater qu’elle a en réalité tournée à cette époque, et se retrouve donc réutilisée hors contexte.

« Voilà ce qui se passe en banlieue actuellement après les bavures policières. » Sur Facebook, une vidéo visionnée plus de 17.000 fois en quelques jours prétend montrer des violences en pleine période de confinement.

D’une durée de 2 minutes 30, elle montre une foule (dont certains membres ont le visage masqué) traverser une gare routière aux vitres brisées à la tombée de la nuit. On y voit ensuite un petit groupe s’en prendre, sur une passerelle, à deux distributeurs automatiques de billets de La Banque postale avant que le vidéaste ne poursuive son parcours dans les rues voisines, où l’on aperçoit notamment, au loin, un véhicule équipé d’un gyrophare en marche à la fin de la séquence.

Si des violences ont bien eu lieu dans certaines banlieues ces derniers jours, ces images n’ont rien à voir avec l’actualité puisqu’elles remontent à 2017 et sont donc sorties de leur contexte – comme le laissaient présager les vêtements d’hiver portés par nombre de passants.

FAKE OFF

A défaut d’avoir pu remonter jusqu’à la vidéo d’origine, plusieurs séquences filmées le 11 février 2017 à Bobigny (Seine-Saint-Denis) permettent de confirmer que cette séquence a été tournée le même jour.

Au terme d’une manifestation en soutien à Théo, le jeune homme dont la violente interpellation par la police avait suscité une vive polémique, des échauffourées avaient en effet éclaté en fin de journée. Notamment à proximité de la gare routière Pablo Picasso, située à la sortie de la station de métro du même nom, que l’on reconnaît bien sur Google Street View.

On aperçoit ainsi clairement, sur la vidéo ci-dessous, à partir de 7’14, une foule de personnes vêtues de manteaux d’hiver quitter la gare routière, dont les vitres sont déjà brisées, à la tombée de la nuit. On y voit ensuite, à compter de 8’16, le même distributeur bancaire situé sur la passerelle, complètement détruit. Et quelques secondes plus tard (8’33) les forces de l’ordre sont postées devant le distributeur et tout le long de l’escalier menant à la passerelle, ce qui leur permet de prendre de la hauteur face à la foule. 

On retrouve enfin les mêmes distributeurs de La Banque postale sur une vidéo diffusée en direct sur Periscope, une fois la nuit entièrement tombée. A partir de 1’09’40, le vidéaste le filme de loin, puis de près, avant d’être délogé par les forces de l’ordre.

Société

Coronavirus : Non, des dauphins n’ont pas été filmés dans le port de Hyères pendant le confinement

Société

Coronavirus : Non, cette vidéo ne montre pas des émeutes provoquées par la chute du cours du pétrole

 

7 partages