Nîmes : Un an de prison pour l’homme qui a menacé de mort le maire d’un village

Un homme âgé d’une trentaine d’années a été condamné à un an de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nîmes. Le 11 janvier, il avait menacé de mort, devant sa femme et son petit-fils, le maire de Manduel, une commune de 6.702 habitants située dans l’agglomération de la préfecture du Gard. Le prévenu reprochait à l’édile d’être à l’origine de la saisie de son chien à la fin du mois de décembre (lequel lu avait été rendu entre-temps).

Plusieurs habitants s’étaient inquiétés de la présence régulière du molosse laissé sans surveillance dans le village. Jean-Jacques Granat (LR), élu depuis 2014, avait prévenu les forces de l’ordre pour ce trouble à l’ordre public, entraînant l’intervention des militaires, sur injonction du procureur de la République.

Interdiction de séjourner à Manduel

Le tribunal a condamné le prévenu à un an de prison ferme, assorti d’un sursis probatoire de deux ans. Un homme déjà condamné à huit reprises pour détention de stupéfiants et détention d’armes. Il a interdiction de venir à Manduel pendant trois ans ainsi que d’entrer en contact avec le maire.