Nîmes : Il n’est pas tombé une goutte d’eau en août

Le département du Gard confronté à une sécheresse historique. — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

Alors qu’une bonne partie du département du Gard est en état de sécheresse maximale, l’été n’a fait qu’empirer cette situation de façon spectaculaire. Il n’est pas tombé une seule goutte de pluie à Nîmes au mois d’août dans la préfecture du Gard. Et à peine plus à Perpignan (0,2 mm) ou Montpellier (4,6 mm de pluie). Dans la préfecture de l’Hérault, il n’était déjà tombé que 5,8 mm de pluie au cours du mois de juillet…

Dans le Gard, la situation est qualifiée d’exceptionnelle par la préfecture. 97 communes des bassins-versants du Vidourle et de la Cèze aval sont placées en situation de crise, le niveau de sécheresse le plus important.

Crise aussi dans l’Aude

A ce stade, seuls les usages prioritaires de l’eau (liés à l’alimentation en eau potable, aux exigences de la santé, à la salubrité publique et à la sécurité civile) et l’abreuvement des animaux sont autorisés.

Une importante partie du reste du département est placée en vigilance de niveau 1 ou 2. Toujours dans le Languedoc, mais dans l’Aude, le bassin-versant de l’Orbieu est lui aussi placé en situation de crise.

Montpellier

Sécheresse: Près de 100 communes placées en «crise» hydrologique dans le Gard

Planète

Languedoc : Face au risque d’incendie extrême, les pompiers exhortent à la vigilance

6 partages