Nice : « Macron s’inspire le plus de Sarkozy pour ses discours », assure un expert des déclarations politiques


Le chercheur du CNRS Damon Mayaffre s’est concentré sur les discours du président de la République qu’il décrypte dans un livre — D. Mayaffre
  • Le chercheur niçois Damon Mayaffre décrypte les discours des politiques grâce à un algorithme d’intelligence artificielle qu’il a développé.
  • Il publie jeudi le livre Macron ou le mystère du verbe (aux éditions de L’Aube) dans lequel son ordinateur a même pu imaginer le discours de candidature du sortant pour 2022.

Depuis un peu plus de 20 ans, il farfouille dans les discours des politiques français. Il analyse chaque mot, chaque phrase, chaque répétition, avec l’aide de l’informatique. Un travail de longue haleine qui permet à  Damon Mayaffre de nourrir un peu plus à chaque sortie de nos décideurs l’algorithme d’intelligence artificielle qu’il a créé.

Après avoir proposé une plateforme internet de la « mesure du discours », analysant tous ceux des candidats pendant la campagne de 2017, le chercheur du CNRS au laboratoire « Bases, corpus, langage » de l’université Côte d’Azur s’est plongé plus précisément dans les textes du nouveau président. Un travail qu’il publiera jeudi dans son livre Macron ou le mystère du verbe (aux éditions de L’Aube) dans lequel il a même pu imaginer le discours de candidature du sortant pour 2022.

En quoi consiste votre algorithme d’intelligence artificielle ?

C’est le principe même du deep learning qui permet au logiciel de reconnaître l’auteur de chaque parole, à force d’en emmagasiner. Pour y arriver, l’ordinateur doit aller très finement dans le détail. On rentre le plus possible de données pour que le système ait le plus de choses possibles à comparer. C’est pour cela que pour cette analyse poussée des discours d’Emmanuel Macron, on se base bien sûr sur les siens [une centaine] mais aussi sur un millier d’autres discours élyséens de tous les présidents depuis 1958. On peut difficilement caractériser un orateur sans contraste historique. Ce livre, c’est le fruit de presque quatre années de travail.

Qu’avez-vous découvert ?

D’abord, peut-être, que les discours du président de la République s’inspirent le plus de ceux de Nicolas Sarkozy, à 29 %. Ensuite de ceux de François Hollande à 26 %. En tout cas au moins jusqu’à la crise sanitaire. Depuis, ce sont ceux de Jacques Chirac qui sont repassés en deuxième position. Et viennent ensuite ceux de Georges Pompidou. Emmanuel Macron évoque très souvent la libération du travail. Lorsqu’il a dit, le 31 décembre 2018, ‘on ne peut pas travailler davantage et gagner moins’, l’ordinateur a d’abord cru qu’il s’agissait d’une citation de Nicolas Sarkozy. Une deuxième thématique revient également souvent, plus récemment, celle de l’autorité.

Et sur la forme ?

Emmanuel Macron affiche un complexe un peu pompidolien, de grand littéraire, de normalien. Il multiplie les lexiques. Il y a une vraie richesse lexicale. Il fait aussi des phrases plus longues, notamment comparées à celles de Nicolas Sarkozy.

Emmanuel Macron a multiplié les allocutions depuis le début de la crise sanitaire
Emmanuel Macron a multiplié les allocutions depuis le début de la crise sanitaire – Elysee

Comment avez-vous inclus les allocutions liées à la crise sanitaire dans vos travaux ?

J’ai retardé la publication du livre pour pouvoir justement les intégrer. Ceux du 31 décembre 2020 et le premier de 2021 sont inclus. Mais en ajouter encore d’autres aurait peut-être fini par tout emporter. Cette crise sanitaire, c’est un coup de théâtre dans le quinquennat. Ça a modifié un certain nombre de postures du président. Il se retrouve ébranlé dans deux ou trois de ses fortes convictions, qui étaient encore difficiles à clairement identifier pendant la campagne. Emmanuel Macron a notamment ressuscité le Saint-Simonisme, la foi très forte dans le progrès et la science pour tirer tout le monde vers le haut et gommer les inégalités sociales. Lui l’avait transposé avec un certain digitalisme, en encourageant toutes les nouvelles technologies. Mais Ce progrès ne se retrouve pas du tout dans les restrictions prises actuellement, avec un certain retour à des règles médiévales, face à la science et la médecine qui n’ont pas permis de les éviter. Ses convictions européennes sont aussi mises à mal puisqu’il a dû se résoudre à fermer certaines frontières. Enfin, au niveau de l’économie et de sa conviction libérale, de la libre entreprise, la crise sanitaire aurait eu un impact très fort qui se traduit dans ses discours.

Qu’apprend-on de sa logométrie, l’étude de la récurrence des termes ?

Il utilise énormément de mots avec le suffixe -tion, bien plus que ses prédécesseurs. Ce sont des termes qui traduisent le mouvement, pas étonnant pour le fondateur d’En marche. Il a notamment dit ‘transformation profonde’ des dizaines et des dizaines de fois. La ‘transformation’ peut être aussi ‘réelle’ ou encore ‘inédite’. Des termes qui visent à améliorer le nom qui précède. Il dit aussi qu’il va ‘transformer’ sans préciser quoi, alors que l’on s’attend normalement à trouver un COD ensuite. Il joue sur le mystère de ce verbe, d’où le titre du livre. Il appelle à adhérer à un mouvement plutôt qu’à une finalité. Il adore également la lettre ‘R’ et le préfixe ‘re’. Il parle de ‘renaissance’, de ‘refondation’, il veut ‘recréer’. Cela permet de plaire à la droite, avec un retour au passé éternel, et aussi à la gauche, à laquelle il propose un saut vers l’avant.

Tous ces travaux ont permis à votre système d’imaginer le discours que pourrait prononcer Emmanuel Macron pour annoncer sa candidature pour 2022…

Pour y arriver et être le plus exhaustif possible, on a rajouté aux discours élyséens déjà dans l’algorithme ceux de sa campagne. On amorce bien sûr la machine avec quelques mots et elle fait le reste. Ce sera intéressant de confronter ce texte au discours réel.

A l’inverse, les analyses de discours pourraient-elles prédire certaines décisions ?

J’y travaille justement. Nous voulons proposer un observatoire de la campagne électorale de 2022, qui fournira des informations aux citoyens en direct. On pourra sélectionner un candidat et tout savoir de ce qui est caché dans ses discours.

5 partages