Naufrage du « Bourbon Rhode » : Le bilan provisoire fait état de quatre morts et sept disparus

Le radeau de sauvetage des quelques rescapés du naufrage du « Bourbon Rhode ». — HO / AFP

Les corps de trois marins, membres d’équipage du remorqueur Bourbon Rhode ayant coulé dans l’Atlantique, ont été retrouvés dans la nuit de lundi à mardi et mardi matin, portant le bilan provisoire du naufrage à quatre morts et sept disparus, a annoncé mardi la préfecture de Martinique.

Le Bourbon Rhode, remorqueur battant pavillon luxembourgeois et comptant 14 membres d’équipage, a coulé samedi en raison d’une voie d’eau alors qu’il se trouvait à proximité de l’ouragan Lourenzo, à 1.200 milles nautiques (2.222 km) de la Martinique. Il avait envoyé un appel de détresse jeudi matin, a précisé le préfet, qui coordonne les recherches avec le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) Antilles-Guyane.

Les rescapés sont légèrement blessés

Trois membres d’équipage, dont deux Ukrainiens, ont été retrouvés samedi à bord d’un radeau de sauvetage par des équipes de secours. Un autre a été retrouvé mort lundi. La préfecture n’a pas précisé la nationalité des marins décédés. L’équipage était majoritairement ukrainien. Il comptait aussi un Croate (le capitaine), un Russe, un sud-Africain et un Philippin, selon le préfet.

Les trois marins rescapés sont légèrement blessés mais leurs jours ne sont pas en danger. Ils se trouvent actuellement à bord de la frégate de la Marine Le Ventôse, arrivé sur zone lundi depuis Fort-de-France. Selon ce qu’ils ont raconté, « c’était des conditions qui franchement ont fait froid dans le dos quand on les a débriefés », a dit le préfet.

Chances de suirvie faible pour les autres

« Les marins ont pu nous donner les conditions apocalyptiques dans lesquelles ils ont pu s’accrocher à ce radeau et ça laisse beaucoup de questionnement sur la capacité des autres à avoir cette chance », a-t-il ajouté. Lorsque le navire a coulé, il était à 60 milles nautique de l’oeil du cyclone Lorenzo, qui était alors en catégorie 3, avec des vagues de plus de 10 m. Les rescapés « ont pu embarquer sur un radeau de sauvetage », mais « sont incapables de nous dire si leurs camarades ont pu en faire autant ».

« Les chances de survie, même pour quelqu’un qui est équipé d’une combinaison et d’un gilet de sauvetage, sont extrêmement faibles », a ajouté le préfet. Les recherches se poursuivent. Le Cross Antilles Guyane va « délivrer à tout navire qui va croiser la zone, un message de vigilance ». Le groupe Bourbon a par ailleurs affrété un navire spécialement pour cette recherche. « Il arrivera demain sur le dispositif et va rester plusieurs jours » sur zone, a poursuivi le préfet.

Planète

Lorenzo, l’ouragan le plus puissant jamais observé dans l’Atlantique Nord, en route vers l’Europe

Société

De nouvelles fouilles menées pour retrouver l’épave du « Victor » à Saint-Malo

523 partages