Nantes : Une enquête ouverte pour « harcèlement moral » après le suicide du maire de Rezé

Une enquête pour « harcèlement moral » a été ouverte après le suicide par pendaison vendredi dernier, du maire de 
Rezé (Loire-Atlantique), qui avait récemment reçu des courriers malveillants, a-t-on appris lundi auprès du procureur de la République de Nantes. Le corps de Hervé Neau, maire de cette commune de 42.000 habitants de la métropole de Nantes, avait été découvert vendredi à l’intérieur de la mairie.

« Au regard des premiers éléments réunis tout au long de la journée de vendredi », le procureur Renaud Gaudeul a indiqué avoir « estimé nécessaire d’ouvrir dès samedi une enquête du chef de harcèlement moral », confirmant des informations de la presse régionale. Le procureur précise avoir confié cette enquête à la direction territoriale de la police judiciaire à Nantes, mais souligne « ne pas pouvoir communiquer à ce stade sur le contenu de cette enquête ».

« Des courriers relatifs à sa vie privée »

Vendredi, le magistrat avait indiqué que le suicide de l’élu ne faisait « aucun doute ». Le maire de Rezé avait « laissé des lettres pour ses proches et des instructions pour les obsèques ». Le procureur avait précisé que le chef de cabinet du maire avait aussi pris contact avec le parquet « trois jours » avant les faits, afin de signaler que l’édile et « plusieurs membres de son entourage », avaient récemment reçu des courriers malveillants « relatifs pour l’essentiel à sa vie privée et pouvant être considérés comme diffamatoires ». L’édile n’avait finalement pas déposé plainte, avait indiqué le procureur vendredi.