Nantes : Tout juste installé, le nouvel « îlot de fraîcheur innovant » fait réagir

« Nantes à deux doigts d’inventer un arbre ». Depuis lundi, les railleries comme celles-ci s’accumulent sur les réseaux sociaux après l’installation d’un nouveau mobilier urbain en test à Rezé-Pont-Rousseau, près de Nantes. Baptisée Coasis, cette structure composée d’un banc connecté surplombé d’une voile jaune et d’une jardinière en bois de récup’ est présentée comme un « îlot de fraîcheur », particulièrement innovant.

« Sa conception repose sur le principe du biomimétisme, c’est-à-dire la reproduction de modèles naturels existants appliqués à une innovation industrielle, explique son concepteur, Spie batignolles, sélectionné dans le cadre du Nantes city Lab. « Coasis » intègre ainsi une voile toiture d’environ 6 m2 qui recrée la forme d’une feuille pour créer l’ombrage et recueillir le ruissellement d’eau de pluie jusqu’à la jardinière afin de favoriser le rafraichissement de l’espace. » On peut aussi y charger son téléphone voire s’y installer pour travailler avec son ordinateur, grâce aux panneaux solaires.

« Un arbre reste et restera toujours plus efficace ! »

Des arguments qui suscitent de nombreuses réactions. « C’est pas un peu contreproductif de bitumer à tout va pour coller ensuite des parasols moches et sûrement chers ? », questionne un internaute. « Vous n’avez pas le même modèle sans le béton au sol, ni acier ni toile, genre gazon et arbres ? », ironise un autre. D’autres propos plus violents auraient même été adressés au vice-président de Nantes métropole à l’innovation Francky Trichet, qui rapporte avoir dû supprimer l’un de ses tweets à la suite de « messages haineux ».

Aux autres, voici ce qu’il a répondu : « Un arbre reste et restera toujours plus efficace ! (…) Mais il est parfois impossible sur certains sites de planter un arbre qui pousse vite pour vite faire de l’ombre et de la fraîcheur pour des raisons multiples comme la pollution des sols par exemple ». Selon l’élu, « l’ombre portée sur le mobilier assis est de quatre heures de 12h à 16h, et c’est bien sur cette plage que les pics de chaleur sont à considérer au plus fort ! »

D’autres dispositifs

L’an dernier, un premier dispositif appelé « Corolle » avait été installé sur l’île de Nantes, à un endroit « où on ne peut pas planter d’arbres pour des raisons techniques ». Deux autres de ces structures métalliques, sur lesquelles poussent des plantes grimpantes, doivent faire leur apparition. Un troisième concept a été choisi pour occuper la place du Commandant-Cousteau, quartier Bottière, en septembre. Une pergola accueillera plusieurs variétés de vignes et quatre bancs et des jarres enterrées seront placés sous l’espace ombragé. Quant à Coasis, l’expérimentation doit durer jusqu’en octobre 2023.