Nantes : On sait désormais à quoi ressemblera le nouveau pont Anne-de-Bretagne

« C’est un projet qui changera l’image de Nantes », parie Johanna Rolland (PS), présidente de Nantes métropole. Le projet définitif de transformation du pont Anne-de-Bretagne, lequel relie depuis 1975 l’île de Nantes au quai de la Fosse, a été dévoilé ce mardi après-midi. Jugé trop étroit pour accueillir convenablement les mobilités douces, et trop pentu pour accueillir les futures lignes de tram 6 et 7 à partir de 2027, l’actuel ouvrage sera nettement élargi. Sa largeur va ainsi tripler pour atteindre 53 m en son centre.

Le tramway, les voitures et les vélos disposeront chacun de leur espace en partie centrale, tandis qu’une promenade sera offerte aux piétons sur les extrémités. L’objectif étant de donner l’impression d’un « balcon sur la Loire ». Autre originalité : le « pont-place », dessiné par l’architecte Dietmar Feichtinger, comportera des espaces verts, un « corridor de végétation » reliera même les deux rives. La pente de l’ouvrage a été diminuée (de 6 % à 4 %) afin de faciliter les traversées, pour les personnes à mobilité réduite en particulier.

Trois ans de travaux

Le choix a été fait de ne pas démolir l’actuel pont mais de l’abaisser pour qu’il s’assemble avec les nouveaux éléments constitués de béton, d’acier et de bois. Les garde-corps seront en acier corten (effet rouille). Les travaux doivent débuter fin 2024 pour une livraison mi 2027, année de l’ouverture du nouvel hôpital sur l’île de Nantes. Facture à la charge de la métropole : 50 millions d’euros.

Le futur pont Anne-de-Bretagne proposera une passerelle piétonne vers le parc des Chantiers.
Le futur pont Anne-de-Bretagne proposera une passerelle piétonne vers le parc des Chantiers. – D.Feichtinger Architectes

Séduisant sur le papier, l’élargissement du pont Anne-de-Bretagne n’est toutefois pas épargné par les critiques. La droite nantaise déplore un projet « très cher » et qui ne « résoudra pas les problèmes de congestion » du secteur. Comme d’autres habitants, elle aurait préféré un nouveau franchissement « pour le tramway et les mobilités douces » proche du Hangar à bananes, à la pointe de l’île.