Nantes : Mis en examen pour la fusillade mortelle du Moonlight, il est relâché grâce à un vice de procédure

Il peut remercier vivement ses avocats. Un jeune homme suspecté d’avoir participé à la fusillade mortelle survenue le 23 avril 2019 devant le bar Moonlight, rue Maréchal-Joffre à Nantes, vient d’être remis en liberté en raison d’un vice de procédure. Mis en examen pour « meurtre et tentative de meurtre en bande organisée » et incarcéré depuis fin 2019, le suspect, aujourd’hui âgé de 25 ans, avait fait appel le 5 janvier dernier d’une demande de remise en liberté qui lui avait été refusée.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Rennes devait lui répondre dans les 20 jours. Sauf qu’elle ne l’a pas fait. Le délai n’ayant pas été respecté, le jeune homme, qui ne cesse de clamer son innocence, a donc été autorisé à quitter la maison d’arrêt, comme le prévoit la loi, rapporte Ouest-France. Boulette ? Illustration du manque de moyens de la justice ?

Libre sous contrôle judiciaire

Le suspect, qui reste mis en examen dans cette dramatique affaire, n’est toutefois pas totalement libre de ses mouvements. Il se trouve soumis à un contrôle judiciaire jusqu’à un probable procès.

Entre le 19 et 23 avril 2019, plusieurs règlements de comptes par armes à feu avaient secoué différents quartiers de Nantes. Le point culminant avait été atteint le 23 avril avec la mort d’un homme de 24 ans, victime de coups de feu à l’entrée du bar à chichas le Moonlight dans lequel il était employé. Une marche blanche​ pour dire « non à la guerre des quartiers » avait été organisée à Nantes une semaine plus tard.