Nantes : L’incendiaire présumé de la cathédrale jugé en mars 2023

Emmanuel Abayisenga, 41 ans, un bénévole du diocèse originaire du Rwanda qui a reconnu être à l’origine de l’incendie de la cathédrale de Nantes en juillet 2020, sera jugé pour ces faits le 29 mars 2023.

Lors d’une audience relais mercredi, le tribunal correctionnel de Nantes a également ordonné une expertise psychiatrique pour évaluer les modalités de cette comparution (présence de soins ou d’aménagements pour la journée d’audience).

Mis en examen pour l’assassinat d’un prêtre en Vendée en août 2021

La demande de son avocat, Me Quentin Chabert, d’une nouvelle expertise psychiatrique pour évaluer son discernement au moment de l’incendie de la cathédrale, n’a en revanche pas été retenue par le tribunal. Une première expertise rendue le 3 mars 2021 avait conclu que son discernement avait été altéré et non aboli lors des faits, mais aussi qu’Emmanuel Abayisenga ne présentait aucune dangerosité pour l’ordre public ou la sûreté des personnes.

« Cette expertise ne vaut rien quand on sait qu’en août 2021, il commettait des faits criminels », a commenté son avocat, qui avait lui-même obtenu sa remise en liberté à partir de cette expertise.

Emmanuel Abayisenga, qui assistait à cette audience vêtu d’un blouson rouge, dans un état de santé visiblement fragile, est effectivement en détention provisoire dans le cadre d’une autre affaire criminelle. Il a été mis en examen le 28 octobre pour l’assassinat dans la nuit du 8 au 9 août 2021 du père Olivier Maire, 60 ans. Ce père supérieur de la congrégation des missionnaires montfortains de Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée) l’avait accueilli après sa sortie de prison.

Des travaux de restauration évalués à 24 millions d’euros

L’incendie de la cathédrale, survenu le 18 juillet 2020 soit 15 mois après celui de Notre-Dame de Paris, avait notamment détruit le grand orgue et un tableau d’Hippolyte Flandrin du XIXe siècle. Les soupçons des enquêteurs s’étaient rapidement portés sur ce bénévole rwandais chargé de fermer la cathédrale la veille de l’incendie.

Selon la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC), dont des représentants étaient présents à l’audience, les travaux de dépollution au plomb de la cathédrale de Nantes, dont le coût s’élève à 3,2 millions d’euros, s’achèveront le 10 février prochain.

Les travaux de restauration, évalués à 24 millions d’euros (sans compter celle du grand orgue), commenceront dans la foulée. Ils s’achèveront entre 2026 et 2028 mais l’édifice devrait partiellement rouvrir au public en 2024.