Nantes : L’Arbre aux hérons ne verra pas le jour, Johanna Rolland dit stop

Il faisait rêver les foules mais cristallisait aussi de nombreuses critiques. L’ambitieux projet d’Arbre aux hérons, qui devait voir le jour en 2027 sur le site du Jardin extraordinaire face à la Loire, est finalement abandonné, annonce ce jeudi Johanna Rolland (PS), maire de Nantes et présidente de Nantes métropole. « Le contexte d’urgence sociale et écologique doit orienter toutes nos décisions, justifie-t-elle. Ce choix, c’est celui de la raison. »

Cette monumentale structure métallique végétalisée, haute de 35 m, était la troisième étape du grand projet des Machines de l’île, après l’éléphant et le Carrousel des mondes marins. Elle devait être peuplée de créatures mécaniques actuellement présentées au sein de la Galerie des machines. Le public aurait pu y déambuler de branche en branche.

Le coût s’était envolé

Soutenu de longue date par la municipalité nantaise, le projet était fragilisé par l’augmentation de son coût prévisionnel, lequel était passé de 35 millions d’euros à 52,4 millions d’euros, sans compter les dernières hausses du prix des matières premières et de l’énergie, qui aurait fait grimper la facture à… 80 millions. Le montage juridique, sans mise en concurrence, était également particulièrement complexe.

Le projet était critiqué à la fois par la droite nantaise et les élus écologistes. Le vote décisif du financement du projet avait été plusieurs fois repoussé par le conseil métropolitain de Nantes métropole.

L’abandon de l’Arbre aux hérons brouille désormais l’avenir du site des Machines de l’île, locomotive touristique nantaise, dont le récit était entièrement tourné vers la perspective de l’Arbre. Ses auteurs, François Delarozière et Pierre Oréfice, devraient s’exprimer vendredi.

Plus d’infos à suivre sur 20 Minutes…/…