Municipales 2020 : Risque d’abstention, stylo perso, distance de sécurité… Le coronavirus va perturber le scrutin

Voter en France en mars 2020, illustration — ALLILI MOURAD/SIPA

  • En pleine épidémie de coronavirus, les autorités ont décidé de ne pas reporter les élections municipales prévues les 15 et 22 mars.
  • Pour limiter les risques de contagion, le gouvernement a émis des consignes d’hygiène et d’aménagement des bureaux de vote et facilité les demandes de procuration.
  • Mais l’épidémie pourrait avoir un impact sur la participation des électeurs, dissuadés de se déplacer pour voter dans un contexte de crise sanitaire.

Le scrutin s’annonce inédit. Non seulement il s’agit du premier test municipal pour La République en marche, mais c’est, en plus, la première fois qu’une élection se déroule dans un contexte national de crise sanitaire. En pleine épidémie de Covid-19, les Français sont appelés à désigner leurs élus locaux dans 35.000 communes environ les 15 et 22 mars prochains. Le gouvernement avait écarté l’option d’un report dès l’arrivée du virus en France, mais il a pris ce lundi des dispositions spéciales pour contenir la propagation le jour du vote. Malgré ces mesures, certains électeurs pourraient s’abstenir par crainte de la contagion, ou à cause d’un confinement.

Des bureaux de vote réaménagés pour éviter les contacts

Christophe Castaner a envoyé ce lundi soir une nouvelle circulaire aux préfets et aux maires pour détailler les mesures de précaution à prendre le jour du vote. Pour le ministre de l’Intérieur, un mot d’ordre : « Voter est sans danger. »

Le bureau de vote doit être aménagé de façon à éviter les « situations de promiscuité prolongée ». La place Beauvau préconise un marquage au sol afin de maintenir « une distance suffisante » d’environ un mètre entre chaque électeur à chaque étape du vote. Les files d’attente à l’extérieur doivent être évitées, tout comme les contacts avec le rideau de l’isoloir. Pour ce faire, le ministère de l’Intérieur conseille de placer l’entrée des isoloirs face à un mur.

Vous pourrez porter un masque et apporter votre stylo

Côté hygiène, les bureaux doivent être nettoyés avant et après chaque tour, et les tables, isoloirs et urnes doivent l’être plusieurs fois par jour, tout comme les machines à voter. L’Intérieur demande aussi d’aérer les locaux et de mettre à disposition un point d’eau pour se laver les mains, ou, à défaut, du gel hydroalcoolique.

Les électeurs sont invités à se nettoyer les mains avant et après avoir mis leur bulletin dans l’urne, ainsi qu’à éviter tout contact physique. Idem pour les assesseurs. Mais « il ne peut être refusé le droit de voter à des électeurs qui refuseraient de se laver les mains, au risque de porter atteinte à la sincérité du scrutin », prévient la circulaire.

A titre exceptionnel, vous pourrez émarger avec votre propre stylo, à l’encre bleue ou noire, prévoit en outre le ministère de l’Intérieur. Vous pourrez aussi porter un masque et le garder pour voter, mais seulement s’il n’empêche pas la vérification de votre identité. Sinon, il vous sera demandé de l’ôter pour voter.

Un risque d’abstention ?

Malgré ces précautions, certains électeurs pourraient renoncer à se déplacer. Selon un sondage Ifop réalisé le 5 mars et publié ce dimanche, 28 % des électeurs sont susceptibles de ne pas se déplacer au premier tour en raison des risques de contagion, surtout dans les grandes villes.

« Les municipales se caractérisent déjà par des taux de participation assez faible, c’est une tendance lourde », nuance l’historien Jean Garrigues. «Dans le détail de ce sondage, l’effet du coronavirus sur la participation est surtout fort chez les jeunes », souligne-t-il. En effet, 40 % des 18-24 ans et 37 % des 25-34 ans déclarent qu’ils n’iront « certainement » ou « probablement » pas voter à cause du virus. Inversement, 23 % des plus de 65 ans disent hésiter à aller voter à cause de l’épidémie, alors que les personnes âgées sont plus vulnérables face au Covid-19. « Le facteur majeur d’abstention reste la désaffection des jeunes pour le vote », conclut Jean Garrigues.

Des pertes de voix ?

En revanche, les personnes âgées étant plus concernées par les mesures de confinement, « il peut y avoir des conséquences néfastes du coronavirus sur les scores des Républicains ou de LREM, familles politiques dont l’électorat est plus âgé », poursuit l’historien. Et malgré la simplification de la procédure de procuration, il peut y avoir une « déperdition » de voix. A contrario, si le coronavirus amplifie l’abstention habituelle chez les jeunes, cela nuirait à EELV, au Rassemblement national ou à la France insoumise, estime le chercheur.

La participation reste difficile à anticiper, en l’absence de précédent. En 2001, des pédiluves désinfectants avaient été installés devant les bureaux de vote de quatre communes autour de La Baroche-Gondouin (Mayenne), pour éviter la propagation de la fièvre aphteuse (qui touchait le bétail). Mais le phénomène, circonscrit à des zones géographiques limitées, n’avait pas plombé la participation. En outre, « la situation peut encore évoluer dans les derniers jours avant le vote », prévient Jean Garrigues. Les zones à risques, ou « clusters », pourraient être plus fortement touchées par l’abstention liée à l’épidémie.

Procurations facilitées

Le gouvernement a aussi pris lundi des mesures pour faciliter le vote par procuration pour les Français « confinés » ou « vulnérables ». Des fonctionnaires de police peuvent se déplacer à leur domicile pour recueillir leur demande. Dans les maisons de retraite, un salarié pourra être désigné par les autorités pour collecter des procurations de l’établissement et les transmettre à la police.

Reste une inconnue concernant les assesseurs et volontaires qui procéderont au dépouillement. Il leur est demandé de se maintenir à une distance « adaptée ». Les bénévoles pourraient également manquer, refroidis par le risque de contagion.

Politique

Candidats confinés, poignées de main évitées, demandes de report… Le coronavirus perturbe la campagne des municipales

Municipales

Municipales 2020 à Nantes : Stylos, gants… Les bureaux de vote s’adaptent face au coronavirus

337 partages