Municipales 2020 à Troyes : François Baroin est-il imbattable dans sa ville… avant de viser l’Elysée ?

François Baroin au 102 congrès de l’association des maires de France, dont il est le président. — Lionel GUERICOLAS /MPP/SIPA

  • Le maire LR de Troyes a annoncé cette semaine sa candidature en vue des municipales 2020. Il briguera un cinquième mandat d’affilée.
  • François Baroin est-il imbattable dans la capitale de l’Aube ? Ses derniers scores, avec trois élections dès le premier tour, plaident en ce sens.
  • Ses opposants veulent croire au renouvellement et lui reprochent notamment un essoufflement et un éloignement de Troyes dû, selon eux, à ses nombreuses fonctions.

Sa lettre est arrivée dans les boîtes aux lettres des Troyens en début de semaine. Un mois environ avant le premier tour, François Baroin a officialisé sa candidature aux prochaines municipales. Elu depuis 1995, il brigue un cinquième mandat à la tête de la ville.

Est-il imbattable ? La question se pose tant le représentant Les Républicains a la mainmise sur la capitale de l’ Aube depuis plus de vingt ans. Il reste même sur ce qui ressemble à un plébiscite en 2014, avec 62,56 % des voix. Après, déjà, deux élections dès le premier tour.

« Il ne fait pas vingt mètres sans être arrêté pour un autographe »

« Tous les pronostics convergent vers une réélection », abonde son directeur de campagne, Gérard Menuel, sans s’appuyer sur le moindre sondage. Juste sur son ressenti. « Je vais souvent avec lui en ville. Il ne fait pas vingt mètres sans être arrêté pour un autographe ou une photo. »

« C’est sûr qu’il joue sur sa notoriété », réagit l’un de ses adversaires, David Blanchon. Le premier secrétaire fédéral du Parti socialiste de l’Aube a monté une « liste de gauche citoyenne » dont il partage la tête avec la communiste Anna Zajac. « Nous sommes un binôme, on veut mettre en avant nos idées et montrer qu’un collectif est plus important que la notoriété », insiste-t-il, persuadé que François Baroin peut-être détrôné. « En 2014, je n’aurais pas dit ça mais là, on sent un manque d’idées, notamment sur la ville de demain. Il a une politique gestionnaire et pas très visionnaire. »

« Sans aucune attaque, il ne vit pas à Troyes »

« Quand on a pendant près de vingt-cinq ans les clés d’une ville, il y a des choses qu’on ne voit plus », appuie la candidate de La République en marche Loëtitia Dautet-Carougeat, elle aussi convaincue que «  Troyes est prenable ». « En politique, il n’y a pas de fief et heureusement ! LREM a cassé les codes et l’offre politique n’est plus du tout la même qu’il y a quelques années. Mais je ne pars pas en campagne contre François Baroin, ce serait clivant. »

Elle refuse ainsi d’évoquer les multiples casquettes de l’actuel maire. L’ancien ministre est aussi avocat, président de l’association des maires de France et des présidents d’intercommunalité (AMF) et membre du comité stratégique de LR. Des activités qui l’envoient souvent loin de l’Aube et pourraient l’éloigner des préoccupations locales, selon certains.

« Sans aucune attaque, il ne vit pas à Troyes. Il vient ici comme un chef viendrait visiter son entreprise. Les Troyens veulent un maire qui soit présent chaque jour et comprennent leurs préoccupations, comme le stationnement en centre-ville », lance le candidat du Rassemblement national, Jordan Guitton, dont le parti était arrivé en tête aux dernières européennes (25,70 %). « Notre socle électoral a augmenté. Si on obtient les 6.000 voix de Marine Le Pen à la présidentielle de 2017, on sera élu au 2e tour. »

Un tremplin pour l’Elysée ?

S’il y en a un… Tout bas, certains pensent que François Baroin, 55 ans, compte se servir de ces municipales comme d’un tremplin sur la route de l’Elysée en 2022. « Il veut assurer les choses ici avec le meilleur score possible, indique-t-on. Ça lui permettrait de montrer qu’on peut lui faire confiance et de surfer là-dessus pour la suite et d’autres fonctions… »

Réponse de son directeur de campagne : « Il est vraiment concentré sur Troyes. »

Politique

Présidentielle 2022 : Un sondage met Macron et Le Pen au coude-à-coude au premier tour

Politique

Cote de popularité : Légère baisse pour Emmanuel Macron en décembre

1 partage