Municipales 2020 à Bordeaux: «Notre liste est la seule force propulsive de l’alternance», estime le candidat EELV après un sondage favorable

Selon le dernier sondage publié, le jeu est assez ouvert pour les municipales bordelaises. — JAUBERT/SIPA

  • Un nouveau sondage réalisé par Elabe pour la Tribune montre que le jeu est assez ouvert pour les municipales bordelaises de mars 2020.
  • Le maire sortant LR perd un peu de son avance, talonné par un candidat écologiste en progression depuis le dernier sondage de mai 2019.
  • Une hypothèse d’union à gauche (la liste écologiste et Bordeaux Maintenant) est examinée dans le sondage et recueillerait 30,5 % des sondages, se rapprochant du maire sortant.

Un nouveau sondage (lire encadré) sur les intentions de vote au premier tour des municipales bordelaises, réalisé par Elabe, vient d’être publié ce mercredi par La Tribune. Il montre que la course à la mairie est relativement ouverte, et ce qu’une alliance soit passée ou pas entre la liste écologiste et celle de Bordeaux Maintenant (lancée par le socialiste Matthieu Rouveyre).

Dans les deux cas, Nicolas Florian, le maire sortant LR qui a succédé à Alain Juppé, perd un peu de l’avance confortable que lui donnait un premier sondage de mai 2019 commandé par Esprit Bordeaux. Alors crédité de 45 % d’intentions de vote, il oscille dans ce nouveau sondage entre 31,5 % (si pas d’alliance à gauche) et 32,5 %.

Pierre Hurmic en « challenger » du maire sortant

« Sept mois après mon élection par le conseil municipal, je suis celui auquel les personnes sondées accordent la plus grande capacité à être maire de Bordeaux, retient Nicolas Florian, le sortant. Nous avons commencé à tisser avec les Bordelaises et les Bordelais un lien de confiance, je ne les décevrai pas. » Il observe aussi que seul le candidat écologiste  Pierre Hurmic apparaît comme un « challenger », pointant l’écart avec les autres listes. Il n’a pas encore commencé sa campagne, préférant se concentrer sur la gestion municipale jusqu’à début 2020.

La liste écologiste a fait, selon ce dernier sondage, un bond considérable passant de 14 % (en mai 2019) à 24, 5 % dans l’hypothèse où elle part seule (la seconde n’avait pas été examinée dans le premier sondage). « Ce résultat fait de notre liste la seule force propulsive de l’alternance à Bordeaux, a réagi Pierre Hurmic (EELV) à la tête de la liste écologiste qui réunit différents mouvements. Pour conforter cette perspective, nous continuerons à rassembler autour d’un projet écologique et social porteur d’espoir tous ceux qui veulent répondre avec nous à l’urgence climatique ».

« La ville est prenable à condition d’être unis »

« La deuxième hypothèse (celle de l’alliance où la liste recueille 30,5 %) est plutôt encourageante, estime Matthieu Rouveyre (PS) de Bordeaux Maintenant. « La ville est prenable à condition d’être unis », dit-il. Il rappelle cependant que la liste Bordeaux Maintenant associée au PS dans le sondage est à 95 % constituée de membres hors de ce parti et relève plutôt de la dénomination « divers gauche ». Le parti socialiste n’a pas encore investi officiellement de candidat à Bordeaux.

Cependant même en cas d’alliance de ce qu’il appelle « les forces progressistes », il note que le second tour n’est pas gagné. Les 11,5 % à 13 % (contre 8 % au premier sondage de mai 2019) récoltés par le candidat En Marche Thomas Cazenave au premier tour pourraient constituer une réserve de voix pour la droite au second tour. Rechignant à commenter les détails de ce dernier sondage, le candidat LREM a simplement constaté : « il y a un besoin de renouvellement et de changement et c’est l’objectif que je poursuis ». Rappelant que l’échéance est encore loin, six mois, il a répété « qu’il irait jusqu’au bout ». A Bordeaux, La République en marche a fait le choix d’investir un candidat contre le maire sortant, pourtant juppéiste, donc « macroncompatible ».

« La balle est dans le camp écologiste, qui est maître du calendrier, estime Matthieu Rouveyre. Je souhaite que cela débouche sur quelque chose de positif. Il y a une vraie opportunité de victoire, elle n’est pas là, mais elle est à portée ».

Vincent Feltesse, ex-PS aujourd’hui sans étiquette, recueille entre 9 et 9,5 % des intentions de vote selon les scénarios, contre 8 % en mai 2019. « Il a fait le constat d’un effondrement de Nicolas Florian et du fait que les préoccupations principales des Bordelais sont en accord avec les grands thèmes de campagne du collectif Bordeaux Métropole des Quartiers », rapporte Laurence Langou, une des porte-parole du collectif. Le sondage examine aussi le niveau de notoriété des candidats et Vincent Feltesse tire bien son épingle du jeu, se plaçant juste derrière Nicolas Florian.

Loïc Prud’homme pour la France Insoumise (même si on sait qu’il ne sera pas candidat) recueille 6 % des intentions de vote et le Rassemblement national emmené par Bruno Paluteau entre 6 et 5 %. Quant à Pascal Jarty, candidat sans étiquette, il oscille entre 1 et 1,5 %.

Municipales

Municipales 2020 à Bordeaux : Selon un sondage, une liste EELV et PS talonnerait le maire sortant LR en cas d’union

Municipales

Municipales 2020 à Bordeaux : Les juppéistes pointent « les mauvaises manières » de LREM dans la capitale girondine

Ce sondage a été réalisé du 24 au 29 septembre auprès d’un échantillon de 1.022 personnes représentatif des résidents majeurs de Bordeaux, dont un sous-échantillon de 805 inscrits sur les listes électorales (méthode des quotas). 

12 partages