Mozambique : Un humanitaire de Solidarités international tué par un groupe armé

Solidarités international est en deuil. Un travailleur humanitaire de l’ONG française a été tué dans une embuscade par un groupe armé dans le nord du Mozambique, accablé par des violences djihadistes, a-t-on appris mardi auprès de l’organisation.

L’ONG « est sous le choc à la suite de l’annonce du décès d’un de leurs collègues, victime d’une attaque d’un groupe armé » dimanche sur une route du district de Muidumbe en direction de Palma, dans la province du Cabo Delgado, écrit Solidarités international dans un communiqué. Il était en route après la pause du week-end pour rejoindre Palma depuis la capitale de la province Pemba, lorsque sa voiture a été prise pour cible.

Une ONG présente dans 23 pays

La victime âgée d’une trentaine d’années était de nationalité mozambicaine, a précisé une porte-parole de l’organisation basée à Paris et présente dans 23 pays. D’autres personnes ont été tuées, a-t-elle ajouté, précisant ne pas avoir plus de détails à ce stade. Le site d’information mozambicain Zitamar, généralement bien informé, a fait état d’un total de cinq morts parmi lesquels le chef des opérations de la police de Palma, son épouse et son neveu, ainsi que le travailleur humanitaire.

Solidarités international, régulièrement présente au Mozambique et de retour depuis l’année dernière, préparait des distributions notamment de nourriture dans la région. « Le meurtre de notre collègue et des civils voyageant avec lui nous choque et nous révulse », a déploré le directeur de l’ONG, Kevin Goldberg.

Plus de 4.400 victimes en cinq ans

La province septentrionale frontalière de la Tanzanie, pauvre et à majorité musulmane, est en proie à des violences djihadistes qui ont fait plus de 4.400 morts dont près de 2.000 civils depuis octobre 2017, selon l’ONG Acled qui collecte des données dans les zones de conflit. Les violences ont aussi provoqué la fuite d’un million de personnes, selon l’ONU. En mars 2021, un raid meurtrier minutieusement planifié avait dévasté la ville portuaire de Palma, 75.000 habitants. Le mégaprojet de gaz naturel du groupe français TotalEnergies, à seulement quelques kilomètres, avait alors été stoppé net.