« Mort sur le Nil » : Kenneth Branagh retrouve les moustaches et les cellules grises d’Hercule Poirot

Hercule Poirot, ses petites cellules grises et sa moustache sont de retour ! Après Le Crime de l’Orient-Express, Kenneth Branagh se dirige de nouveau dans le rôle du détective pour Mort sur le Nil, un autre classique d’Agatha Christie. Comme pour le premier opus, il s’est entouré de stars parmi lesquelles on reconnaît, entre autres, Gal Gadot, Emma Mackey, Armie Hammer et Annette Bening.

Comme le titre l’indique, l’action se déroule en Egypte autour d’une jeune femme riche, de son époux récent et de la rivale qu’il a quittée pour faire ce beau mariage. « Plus encore que dans Le Crime de l’Orient-Express, je me suis approprié le personnage de Poirot et l’intrigue d’Agatha Christie », confie-t-il à 20 Minutes.

Un acte choquant

Bien que les décors et les costumes fassent voyager dans le temps et revenir avant la Seconde Guerre mondiale, Kenneth Branagh a choisi de moderniser l’intrigue échafaudée par la romancière. Il en a gardé la trame principale mais a changé quelques détails importants pour rendre les protagonistes plus actuels. Cela apporte un coup de jeune bienvenu à un roman paru en 1937 et déjà adapté au cinéma et à la télévision avec notamment Peter Ustinov puis David Suchet dans le rôle de Poirot. Les fans de l’œuvre de la romancière se sentent en terrain connu avec juste assez de modifications pour rendre l’ensemble séduisant.

Les principales libertés prises par Kenneth Branagh sont celles qu’il s’est accordées avec le héros, Hercule Poirot lui-même. Non content de dévoiler pourquoi il porte sa légendaire moustache dès la première séquence, il confirme la tendance, amorcée dans Le Crime de l’Orient-Express, de le rendre plus aventureux à tous les sens du terme. « Il me semblait important qu’il soit différent des autres Poirot », insiste le réalisateur. Et différent, il l’est vraiment jusqu’à un final où il commet un acte choquant (que nous ne dévoilerons pas) laissant les amoureux du personnage figés comme les œufs à la coque symétriquement disposés que le détective consomme à son petit-déjeuner.

Un mystère dépaysant

Il ne fait aucun doute que Kenneth Branagh adore l’œuvre d’Agatha Christie. Son enthousiasme se communique à ses acteurs et à la somptueuse reconstitution de l’Egypte. Le spectateur n’a qu’à se laisser emporter sur le fleuve pour revivre un classique de la littérature policière qui dépayse agréablement. En sortant de Mort sur le Nil, on se demande bien comment pourrait évoluer son Hercule Poirot, s’il prenait au cinéaste l’envie d’adapter un nouveau livre.

Hercule Poirot, un personnage complexe au service de la justice