Mort d’Elizabeth II : Les funérailles de la reine en direct depuis le salon de la famille Tatton-Brown

De notre envoyée spéciale à Londres,

Dans la famille Tatton-Brown, je voudrais… La mère, Elfie, française d’origine ? Le père, Benjamin aka « Ben » ? Les jumeaux, Felix et Marius, qui feront bientôt leur entrée à l’université ? Ou la cadette Poppy, 14 ans ? Cette famille franco-britannique du quartier cossu de Chelsea, à l’ouest de Londres, nous a sorti de la galère en nous ouvrant les portes de leur salon pour suivre, avec eux, les funérailles de la queen.

Parce que dès ce lundi matin, très tôt, il était devenu impossible d’approcher ni de l’Abbaye de Westminster, ni le moindre km2 de route qui mène au château de Windsor ou sera inhumé Elizabeth II auprès du prince Philip dès ce soir. Si des milliers d’Anglais étaient bien placés sur ce chemin processionnel, les millions qui restent étaient eux devant leur écran de télévision. On vous propose donc un reportage en terre de living-room.

(VIDEO)

« Je l’ai toujours connu »

« Oh my god la reine est morte », c’est ce que se sont « textés » Poppy et ses copines du collègue français de Chelsea le 8 septembre dernier, quand la nouvelle de la mort d’Elizabeth est tombée. « Après l’annonce, tout le monde s’est mis à partager une photo de la reine sur Instagram et moi aussi », nous confie la collégienne. Mais c’est plus qu’une histoire de réseau ou de copines qui la pousse à regarder les funérailles en famille ce lundi. « Je l’ai toujours connu, elle compte beaucoup pour moi en réalité ».

Bon, il se trouve aussi que Poppy doit présenter un exposé sur ces obsèques de prestige dès demain matin. C’est sûrement la raison pour laquelle son papa, Benjamin (Ben pour les intimes), insiste pour qu’elle reste concentrée. Ben a longtemps hésité à se rendre à Westminster pour assister aux funérailles ou même à faire la queue pour faire ses adieux à la reine. Il faut dire que ces bureaux sont non loin de Buckingham Palace.

« Je crois que je regrette de ne pas avoir fait la queue », nous confie le père de famille. « Elle a donné 70 ans de sa vie, je me dis que j’aurai pu lui donner quelques heures de la mienne ». Poppy se moque gentiment de son papa et reprend l’écriture de son exposé, non sans une certaine flemme.

Un vrai choc pour ces ados

Tout près de Ben, il y a Felix. C’est l’un des jumeaux, sûrement le plus introverti. Pour lui cette cérémonie c’est très important de la regarder et le jeune homme est d’ailleurs très concentré. Il faut dire que la reine lui a déjà joué un sacré tour : elle a rendu son dernier souffle alors que Felix n’était même pas en Angleterre. « Je rentrais de Paris quand j’ai appris sa mort. Je l’ai découvert dans l’ Eurostar », nous raconte-t-il. « Pour moi c’était un vrai choc alors ces funérailles sont tout simplement un moment historique ».

Marius, a priori le plus taquin des twins, a appris la nouvelle par un épicier alors qu’il était en train d’acheter une bouteille de lait (#truestory). « C’est étrange mais j’ai tout de suite pensé à la chanson « God save the King » ». Fan du roi Charles III ? Non, mais Marius est un grand fan du Chelsea Football Club. « J’ai imaginé le stade tout entier chanter cette chanson et j’ai trouvé ça beau ».

Finalement dans cette typique maison Victorienne tout le monde semble vraiment touché par cette disparition et même captivé par cette cérémonie. Pourtant la vraie fan de la monarchie britannique, c’est Elfie, notre Française. « J’ai toujours aimé la famille royale, j’étais d’ailleurs une grande fan de Lady Die ». Après plus de vingt ans passés de l’autre côté de la manche, Elfie s’est complètement imprégnée de ce folklore et s’avère assez incollable sur les dessous de la Maison Windsor.

Un moment de communion

« Mais honnêtement, je suis très étonnée de voir tous mes enfants autour de la télévision aujourd’hui », nous confie la mère de famille. Et c’est sûrement ça qui nous marque le plus pendant ces quelques heures passé avec eux. Tout au long du visionnage de cette cérémonie, les Tatton-Brown sont touchés par la présence des petits Georges et Charlotte au côté de leur royal papa, s’interrogent longuement sur la couleur de cette couronne qui trône sur le cercueil, débattent sur la présence bienvenue ou non d’Andrew dans le cortège ou encore se demandent où sont bien passés les bijoux de Meghan. Bref les Tatton-Brown discutent.

D’ici quelques semaines les jumeaux quittent le cocon familial pour rentrer à l’université et les Tatton-Brown ne seront plus que trois à la maison. Ce moment de communion en famille, c’est peut-être ça la force du symbole. Et c’est peut-être aussi le dernier petit clin d’œil de Lilibet aux Anglais.