Mort d’Elizabeth II : Le prince Andrew remercie sa mère pour sa « confiance » malgré les scandales

Le prince Andrew, fils cadet de la reine Elisabeth II tombé en disgrâce après des accusations d’agression sexuelle, a rendu dimanche hommage et salué la « compassion » de sa mère et « sa confiance », à la veille de ses funérailles nationales.

Par une lettre, le duc d’York, 62 ans, a rendu hommage non seulement à la reine, la « mère de la nation », mais surtout à sa « maman ».

« Maman, votre amour pour un fils, votre compassion, vos soins, votre confiance, je les chérirai pour toujours », écrit Andrew. « J’ai trouvé votre savoir et votre sagesse infinis, sans limite ni retenue ».

Souvent réputé comme étant le fils préféré de la souveraine, décédée le 8 septembre à 96 ans, le prince Andrew a été banni de toute apparition publique officielle en raison de son amitié avec le pédophile Jeffrey Epstein et privé de ses titres militaires en début d’année après des accusations d’agression sexuel sur une jeune fille de 17 ans, Virginia Giuffre.

Menacé d’un procès aux Etats-Unis, il a mis fin aux poursuites en payant des millions de dollars.

Pas de rôle officiel

En mars, la reine avait semblé lui apporter une marque de soutien public en entrant à son bras dans l’abbaye de Westminster pour un service religieux en hommage au prince Philip, époux d’Elizabeth II décédé un an plus tôt. Ces images avaient provoqué de nombreuses réactions indignées.

Sa présence pour les hommages rendus depuis dix jours à travers le Royaume-Uni a été un casse-tête à gérer pour la famille royale.

S’il est apparu ces derniers jours aux côtés de ses frères et sœur pour les processions derrière le cercueil d’Elizabeth II à Edimbourg puis à Londres, il n’a pas porté l’uniforme, contrairement au reste de la fratrie.

Mais par « respect » pour la reine, il a quand même été autorisé à apparaître en tenue militaire lors de la « veillée des princes » vendredi, quand lui, le roi Charles, la princesse Anne et le prince Edward ont gardé pendant quinze minutes, dos au cercueil, la dépouille de leur mère exposée au public à Westminster Hall.

Il ne devrait toutefois pas retrouver de quelconque rôle officiel sous Charles III, qui aurait poussé selon la presse Elisabeth II à le priver de ses titres pour ne pas nuire à la réputation de la famille.