Mort de Michel Fourniret : Enquêtes en cours, procès Mouzin et recherches ADN… Les questions en suspens


Michel Fourniret, en 2004 à Dinant en Belgique. — ISOPRESS SENEPART/IS/SIPA
  • Michel Fourniret est décédé lundi après avoir été admis en urgence à l’unité hospitalière sécurisée interrégionale de La Pitié-Salpêtrière.
  • Condamné deux fois à la réclusion criminelle à perpétuité, « l’Ogre des Ardennes » est mort sans avoir livré tous ses secrets.
  • Mais la justice devrait continuer à enquêter sur ses crimes et pourrait ordonner la tenue de procès avec la seule présence de son ex-femme Monique Olivier dans le box des accusés.

L’issue était attendue tant le tueur avait montré des signes de faiblesse ces derniers mois. Michel Fourniret  est mort, lundi à 15h, à l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière (Pari, 13e), où il avait été admis en urgence en raison de graves problèmes neurologiques, cardiaques et respiratoires. « L’Ogre des Ardennes » part donc sans avoir livré tous ses secrets, à commencer par l’endroit où il a enterré le corps de la petite Estelle Mouzin.

Évidemment, le tueur en série ne pourra plus être jugé ni condamné. Mais cela ne devrait pas empêcher la justice de continuer à enquêter sur les victimes qu’il a pu faire au cours de vie. 20 Minutes revient sur les principales questions qui se posent après cet événement.

  • Pourquoi une enquête pour rechercher les causes de sa mort a été ouverte ?

Tout en confirmant le décès de Michel Fourniret, lundi à 16h07, Rémy Heitz, le procureur de la République de Paris, a annoncé qu’il ouvrait une « enquête en recherche des causes de la mort ». Confiée au troisième district de police judiciaire, cette procédure est classique en pareilles circonstances.

« Même s’il était hospitalisé, Michel Fourniret était toujours détenu. Quand un homme meurt en détention, une enquête de ce type est systématiquement ouverte, décrypte une source proche du dossier. Dans les faits, il s’agit de vérifier qu’il est bien mort de causes naturelles. » Une fois l’autopsie réalisée, le permis d’inhumer devrait donc être délivré. Aucune information n’a filtré sur le lieu où le tueur en série pourrait être enterré.

  • Y aura-t-il un procès pour faire la lumière sur la disparition d’Estelle Mouzin ?

C’est à la juge Sabine Khéris d’en décider. Mais tout laisse à penser qu’elle pourrait ordonner la tenue d’un procès d’assises dans les prochains mois. Décédé, « l’Ogre des Ardennes » ne peut plus être jugé et donc condamné en raison de l’extinction de l’action publique à son encontre, mais son ex-femme, Monique Olivier, peut l’être.

« Nous aurons sans doute un procès où Monique Olivier pourra répondre des faits et où on se basera sur les récentes déclarations de Michel Fourniret devant la juge pour tenter d’approcher de la vérité », témoigne Corinne Herrmann, avocate d’Eric Mouzin, le père de la victime.

Reste à savoir si, avant cela, la juge Khéris veut poursuivre encore les investigations dans le but de retrouver le corps de la fillette. Les cinq campagnes de fouilles menées dans les Ardennes se sont soldées par autant d’échecs. « Nous aurons sans doute une réunion avec la juge prochainement pour faire le point sur tout ça », a sobrement indiqué Eric Mouzin à ce sujet au micro de France Info.

Ville-sur-Lumes (Ardennes), le 26 Octobre 2020. Michel Fourniret et Monique Olivier ont été emmenés dans cette maison de la rue des Jardins où Estelle Mouzin aurait été tuée en janvier 2003.
Ville-sur-Lumes (Ardennes), le 26 Octobre 2020. Michel Fourniret et Monique Olivier ont été emmenés dans cette maison de la rue des Jardins où Estelle Mouzin aurait été tuée en janvier 2003. – V. VANTIGHEM
  • Le tueur en série était-il impliqué dans d’autres dossiers ?

Outre le dossier sur la mort d’Estelle Mouzin, Michel Fourniret avait été, ces dernières années, mis en examen pour la mort de Marie-Angèle Domèce, de Joanna Parrish et de Lydie Logé. Si les dossiers sur les deux premières sont quasi bouclés et pourraient donner lieu à un procès avec Monique Olivier, le troisième nécessite encore des investigations.

Une fois encore, ce sera à la juge Sabine Khéris de décider de l’organisation des choses. Elle pourrait très bien ordonner un procès destiné à faire la lumière en même temps sur les morts de Marie-Angèle Domèce, Joanna Parrish et Estelle Mouzin et, en parallèle, poursuivre les investigations sur l’affaire Lydie Logé.

  • Connaîtra-t-on un jour la liste de toutes les victimes de Michel Fourniret ?

Manipulateur cruel, Michel Fourniret se vantait d’avoir fait en moyenne deux victimes par an entre les années 1990 et les années 2000. Soit bien plus que le total des huit jeunes femmes et adolescentes pour lesquelles il avait été condamné deux fois à la réclusion criminelle à perpétuité.

Récemment, les enquêteurs se sont lancés dans une vaste campagne de comparaison entre des traces ADN découvertes notamment sur un matelas appartenant au tueur et celles portant sur des disparitions non résolues. « C’est quand même terrible d’avoir attendu si longtemps pour effectuer ce travail, alors que ce matelas est aux mains de la justice depuis plus de quinze ans, déplore Corinne Herrmann. Cela risque de priver certaines familles de l’opportunité de faire face à l’assassin de leurs proches… »

  • La justice française peut-elle être tenue responsable de ne pas avoir enquêté plus tôt ?

Eric Mouzin n’a pas attendu la mort du tueur en série pour décocher certaines de ses flèches à la justice française. Il y a quelques années, il a annoncé qu’il comptait assigner l’Etat français au civil pour le dysfonctionnement de la justice. Il souhaite notamment savoir pourquoi certains témoins n’ont pas été interrogés, pourquoi certaines requêtes ont attendu plusieurs années avant d’être traitées et, surtout, pourquoi Michel Fourniret n’a pas été inquiété plus tôt dans cette affaire alors qu’il faisait partie des premiers suspects à être interrogés.

Autant de questions qui devraient être examinées en justice une fois que le procès pénal de Monique Olivier sera passé. En parallèle, une procédure devant la Cour européenne des droits de l’homme doit également être engagée, selon nos informations.

91 partages