Mort de la reine Elisabeth II : Les jets privés déconseillés pour se rendre aux funérailles

La famille royale britannique garde un œil sur le bilan carbone des funérailles de la reine. Les dirigeants du monde entier ont été priés d’éviter les jets privés pour se rendre aux funérailles d’Elisabeth II et des bus collectifs remplaceront hélicoptères et voitures personnelles pour leurs déplacements à Londres, a rapporté ce lundi le site Politico.

Les funérailles de la monarque, décédée jeudi à 96 ans, auront lieu lundi 19 septembre à l’abbaye de Westminster à Londres. Des dignitaires du monde entier y sont attendus, dont le président américain Joe Biden et de nombreuses têtes couronnées. Il s’agit d’un immense défi sécuritaire et logistique pour les autorités, qui ont selon le site Politico demandé aux leaders étrangers d’utiliser, « quand c’est possible », des vols commerciaux et non des avions privés pour se rendre au Royaume-Uni.

Des bus collectifs

Oubliés aussi les hélicoptères pour se déplacer dans la capitale britannique et les voitures privées pour se rendre aux funérailles : les dirigeants du monde entier se rendront à l’abbaye de Westminster en bus, selon des documents du ministère des Affaires étrangères obtenus par Politico.

« Il s’agit d’une opération de grande échelle avec quelque 500 dignitaires attendus et une foule déjà immense », a réagi auprès une source au ministère des Affaires étrangères. « La logistique a été préparée avec soin pour que ce soit le plus fluide possible. » « Vous imaginez Joe Biden dans un bus, vous ? », s’est agacé un ambassadeur étranger à Londres dimanche, cité par Politico. Le président américain voyage dans son avion Air Force One et se déplace avec son véhicule blindé, surnommé « The Beast ».

Un seul « plus one » dans l’abbaye

Par ailleurs, un seul représentant par pays et son époux ou épouse seront autorisés à l’intérieur de l’abbaye de Westminster, précise Politico citant une note envoyée aux ambassades samedi. « En raison de l’espace limité lors des funérailles nationales et des événements connexes, aucun autre membre de la famille, du personnel ou de l’entourage de l’invité principal ne pourra être admis », indique cette note.

Le jour des funérailles, « pour des raisons de sécurité et en raison des perturbations de la circulation », les dirigeants n’auront pas le droit de se déplacer en voiture privée mais des bus seront mis à leur disposition.

Direction des « aéroports moins encombrés »

Si malgré les recommandations britanniques, des dirigeants viennent quand même dans leur avion, le gouvernement prévient qu’ils ne pourront pas atterrir à l’aéroport londonien d’Heathrow mais devront viser des « aéroports moins encombrés ».

Joe Biden, mais aussi le président français Emmanuel Macron, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ou encore le Premier ministre australien Anthony Albanese et de nombreux « Royals » du monde entier sont attendus à Londres pour ces funérailles historiques.