Mort de Danièle Hoffman-Rispal, « figure des militants PS de Paris »

Danièle Hoffman-Rispal, ici en octobre 2012, est décédée des suites d’une longue maladie. — REVELLI-BEAUMONT/SIPA

« C’était une figure iconique des militants de Paris », se souvient le patron du PS Olivier Faure. L’ancienne députée Danièle Hoffman-Rispal est décédée dans la nuit de mercredi à jeudi des suites d’une longue maladie, à l’âge de 68 ans. « Tu étais de tous nos combats, y compris pendant que tu en livrais un plus intime contre la maladie », a tweeté le premier secrétaire du PS, soulignant à l’AFP le parcours exceptionnel de cette « petite couturière du Sentier devenue députée ».

« Elle n’a jamais été une dirigeante du parti mais elle était l’incarnation de ces militants qui, par leur parcours, racontent quelque chose de ce qu’on est et de ce qu’on veut être », a-t-il ajouté. « Nous regrettons tous sa voix, son enthousiasme, sa générosité et sa lutte insatiable contre l’antisémitisme », a tweeté l’ancien leader socialiste Jean-Christophe Cambadélis, alors que le premier adjoint de la maire de Paris, Emmanuel Grégoire, a salué « une boule d’énergie, de volonté et d’amour ».

Comptable de formation, Danièle Hoffman-Rispal, entrée au PS en 1974, avait été élue députée en juin 2002 face au sortant Georges Sarre (MRC) dans la 6e circonscription de Paris. Réélue haut la main en 2007 avec 69 % des voix, elle avait été contrainte de laisser sa place cinq ans plus tard à Cécile Duflot dont elle sera la suppléante aux législatives de juin 2012, à la suite d’un accord PS-EELV.

Adjointe à Delanoë

La leader écologiste devenant ministre, Danièle Hoffman-Rispal avait retrouvé son siège au Palais Bourbon de juillet 2012 à mai 2014, date à laquelle Cécile Duflot avait quitté le gouvernement. Danièle Hoffman-Rispal a terminé sa carrière à la délégation interministérielle de lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Dilcra).

Le 16 avril 2014, l’Assemblée nationale, dont elle fut un an vice-présidente (2008-2009), lui avait rendu hommage en applaudissant sa dernière question d’actualité au ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian sur les violences sexuelles et le harcèlement des femmes dans l’armée. « Merci de me faire l’honneur de me poser cette dernière question », avait répondu le ministre. Parmi ses autres mandats, Danièle Hoffman-Rispal, identifiable à sa voix éraillée de grande fumeuse, a été plus de 13 ans conseillère de Paris et adjointe au maire Bertrand Delanoë de mars 2001 à mars 2008.

397 partages