Mort d’al-Baghdadi : Christophe Castaner appelle les préfets et les forces de l’ordre à « une vigilance accrue »

Le président américain Donald Trump a annoncé dimanche la mort du leader de Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi. — EPN/Newscom/SIPA

Faire preuve de « la plus extrême vigilance ». C’est la recommandation adressée aux préfets et aux services de police et de gendarmerie par Christophe Castaner, après la mort d’Abou Bakr al-Baghdadi, chef de l’organisation Etat islamique (EI), dimanche dans le nord de la Syrie.

Par crainte de représailles en France, à la suite de l’offensive militaire américaine menée contre le leader de Daesh, le ministre de l’Intérieur a adressé une note appelant à « la plus extrême vigilance » et demande aux forces de l’ordre de redoubler de vigilance aussi bien « dans l’exercice de leurs missions » qu’« en dehors du service ».

Toujours au niveau d’alerte « Sécurité renforcée – Risque d’attentat »

« Dans les heures à venir, la possible intensification de la propagande djihadiste consécutive à son décès, appelant éventuellement à des actes de vengeance, doit vous conduire à la plus extrême vigilance, notamment à l’occasion des événements publics qui pourraient être programmés dans vos départements dans les jours à venir », est-il écrit dans cette note. « Je vous demande également de rappeler à l’ensemble des services de police et de gendarmerie placés sous votre autorité la nécessité de faire preuve d’une attention particulière à l’égard de toutes les informations qui pourraient leur parvenir de nature à justifier un signalement immédiat aux services spécialisés ».

La France est toujours au niveau d’alerte « Sécurité renforcée – Risque d’attentat » dans le cadre du plan Vigipirate, après la série d’attentats perpétrés sur son territoire depuis 2015.

Monde

Mort d’Al-Baghdadi : Pourquoi le décès du chef de Daesh ne tuera pas l’organisation terroriste

Monde

Mort d’al-Baghdadi : Comment l’opération s’est-elle déroulée ?

0 partage