Montpellier-Nantes: « Un jour, j’écrirai un livre… ». Comment l’Est a métamorphosé Damien Le Tallec

Damien Le Tallec exhulte au stade de la Mosson — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

  • Toujours en quête d’une qualification européenne, Montpellier reçoit Nantes ce samedi, pour l’avant-dernière journée de L1.
  • Damien Le Tallec, qui rayonne dans l’entrejeu montpelliérain, n’est plus le même joueur depuis son passage à l’Est.
  • Il réalise au MHSC une excellente saison, associé à Ellyes Skhiri au milieu de terrain, lui qui a découvert à 28 ans la Ligue 1 avec le MHSC.

« Un jour, j’écrirai un livre… » Damien Le Tallec a 29 ans, mais a l’expérience d’un homme qui a vécu deux vies. « On sent qu’il a un gros bagage lié à son histoire personnelle », résume son partenaire Gaëtan Laborde. Depuis ses années de formation en France jusqu’à sa signature cet été au MHSC, le chemin a été long et sinueux.

Deux années et demie gâchées par les blessures à Dortmund, où il s’était engagé après sa formation à Rennes, un retour rapide à Nantes, et le début de l’aventure à l’Est : « J’y ai vécu énormément de choses, explique-t-il. J’ai joué à -17 °C. En Ukraine, où je n’ai pas été payé pendant six mois, pendant la guerre, le plus basique, une bouteille d’eau, ça devenait compliqué. Puis la Russie et deux saisons et demie à l’Etoile rouge de Belgrade, un tremplin exceptionnel. »

« J’ai atterri à Nantes par hasard, au mauvais moment »

Le FC Nantes, qu’il retrouve ce samedi soir, en quête d’une hypothétique qualification pour la Ligue Europa, n’a été qu’une erreur de parcours. « J’y ai atterri par hasard. J’étais jeune, je sortais d’une grosse frustration au Borussia, ce n’était pas le bon moment, un choix qui n’était pas le mien ». Quelques supporters canaris se souviennent peut-être d’un attaquant maladroit, auteur de huit apparitions en Ligue 2. C’était dans une autre vie.

Damien Le Tallec a pris une nouvelle dimension à Montpellier. Damien Le Tallec a pris une nouvelle dimension à Montpellier. – Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

Le parcours de Damien Le Tallec est improbable. « Je ne le conseillerai à un jeune joueur, que s’il aime le foot et qu’il a un gros mental. Sinon, il faut qu’il reste en France », reprend celui qui a été international dans les sélections jeunes… comme attaquant. Avant, un jour, d’être replacé milieu défensif par son entraîneur lors d’un match contre le Shakhtar Donetsk. « Je ne m’étais jamais entraîné à ce poste depuis mon arrivée en Ukraine, indique Le Tallec. J’ai adoré. Je touchais enfin des ballons. »

« Damien a une force mentale incroyable »

Ne jamais renoncer. « Damien a une force mentale incroyable », estime son frère aîné Anthony (34 ans), aujourd’hui à Orléans, en Ligue 2, qui fut l’un des grands espoirs du foot français avant de quitter Le Havre pour Liverpool. « On restait positif, on l’encourageait. Il n’a jamais lâché. J’ai toujours été là pour l’aider et le conseiller. Et je suis très fier d’avoir pu, grâce aux contacts de mon agent, lui permettre de revenir en France », assure l’ex-Reds.

Damien Le Tallec (à g.), aux côtés de Neymar et Daniel Congré (à d.). Damien Le Tallec (à g.), aux côtés de Neymar et Daniel Congré (à d.). – Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

Et découvrir cette Ligue 1 que Damien ne connaissait qu’à travers Anthony. Ce frangin qu’il adore et qu’il a admiré. « A cette époque, beaucoup de choses étaient écrites sur lui, se souvient Damien. J’en avais marre que mon nom soit systématiquement associé mon frère. J’ai eu besoin de partir pour exister. » « Ça a été très difficile pour mes deux frères, reconnaît Anthony. Mais Damien avait déjà la force de passer au-dessus. »

Un prénom en Ligue 1

Défenseur central à Belgrade, Damien Le Tallec s’est enfin fait un prénom en L1. Son entrée en jeu ratée lors du premier match contre Dijon ne l’a pas effrayé. « Il me fallait du rythme », explique-t-il. Replacé au milieu, il y rayonne. « Il est très calme, ne prend jamais de décision à la légère. On sent qu’il a énormément d’expérience », souligne son coéquipier Florent Mollet. « Je sais que je peux apporter bien plus », analyse le néo-Héraultais dans un élan plein de promesses…

Sport

«Parfois, je pleurais seul chez moi»… Souleymane Camara, son destin extraordinaire

Sport

Montpellier: Légendaire Hilton, désormais le joueur étranger ayant disputé le plus de matchs de L1

11 partages