Montpellier : La ligne 5 du tramway dit adieu à ses ponts et part à la conquête de l’ouest

Un pont détruit. Un autre qui ne verra pas le jour. Le top départ du chantier de la ligne 5 du tramway à l’ouest de Montpellier ont été donnés lundi par un symbole : la destruction du pont qui reliait la caserne de l’EAI au champ de manœuvre, l’actuel parc Montcalm.

Ovalie, la cité Gély, Estanove, Montpellier Village, Paul Valery… De nombreux quartiers de la ville seront desservis par la ligne 5 qui reliera, sur 16 km, Lavérune à Clapiers, à l’horizon 2025. « Il était prévu que le tronçon ouest ne soit livré qu’à la fin 2027, détaille Julie Frêche, vice-présidente de la métropole chargée des transports et des mobilités actives. Nous avons demandé aux équipes de travailler deux fois plus vite. Jamais on n’a conduit simultanément études et phases de travaux, c’est le cas sur l’Ouest ».

Disparition du projet de Gennevaux

Un pont détruit pour un autre qui ne verra jamais le jour. Ce devait être l’ouvrage majeur de cette ligne 5. Au terminus, à l’entrée de Lavérune, le pont sur le rond-point de Gennevaux (connu par les Montpelliérains comme le rond-point de « chez Paulette ») est resté dans les cartons. Présenté par la précédente majorité municipale de Philippe Saurel (DVG), il devait coûter 38 millions d’euros.

« Il est hors de question que nous ne mettions aucun argent public sur la réalisation de cette infrastructure, reprend Julie Frêche. Nous défendons l’adossement à la concession et donc le prolongement de la concession à Vinci pour la réalisation du contournement ouest de Montpellier ». Le Com, dont les alliés Verts de la majorité socialiste ne veulent pas entendre parler. « C’est une divergence d’opinions avec nos amis socialistes, reconnaît Coralie Mantion (EELV), vice-présidente de la métropole en charge de l’aménagement durable du territoire. Je ne désespère pas de les convaincre de l’inutilité de passer cette route en 2×2 voies. Car elle deviendrait un aspirateur à camions puisqu’elle inciterait les camions de l’A9 à l’utiliser pour rejoindre l’A750. Ce serait une erreur monumentale d’amener plus de pollution et de trafic à l’ouest de Montpellier. »

Des bus à haut niveau de service au terminus du tramway

Pas de pont au terminus de la ligne 5, à la place de cet énorme rond-point, « mais un carrefour à feux et des futurs bus à haut niveau de service », reprend Julie Frêche. Cette intersection fait aujourd’hui la jonction entre les communes de l’ouest de la métropole, l’A75 et la Paillade (en itinéraire bis de l’avenue de la Liberté). Quatre lignes de bus à haut niveau de service seront mises en service à l’horizon 2025. La collectivité a obtenu un financement de 20 millions d’euros de l’Etat pour les mettre en œuvre.

L’une de ces lignes desservira les communes de l’ouest de la métropole. « L’une des caractéristiques de ces bus, c’est qu’à chaque fois qu’il se présente devant un feu, celui-ci passe en vert. Il aura sa propre voie réservée et un traitement à tous les giratoires qui lui permettra d’être libéré des embouteillages ». L’ouest de Montpellier est actuellement l’un des endroits les plus congestionnés de la métropole.