Montpellier : Grâce au cash-back, l’application Milpa réduit la note des courses responsables

Le cash-back, inventé aux Etats-Unis, connaît un véritable essor ces dernières années, en France. De plus en plus de consommateurs craquent pour ce dispositif, qui permet de se faire rembourser une partie de ses achats. Et de plus en plus de start-ups se lancent dans la brèche. A Montpellier (Hérault), l’application Milpa a adapté ce concept à l’économie sociale et solidaire. En faisant ses courses dans les boutiques, physiques ou en ligne, référencées par l’entreprise, une partie de la note est directement reversée dans le porte-monnaie virtuel du consommateur, dans les 48 heures.

Entre 5 et 10 % en moyenne sur les boutiques alimentaires, et même jusqu’à 20 % pour les autres. Et quand il le souhaite, il peut créditer sa cagnotte sur son compte bancaire. Le consommateur n’a rien à faire pour bénéficier du dispositif. Il n’y a rien à remplir, et aucun QR code à flasher. « C’est entièrement automatisé », indique Antoine Levan, qui a créé Milpa avec Estelle et Nicolas Huguet. Seule obligation : payer avec une carte bancaire. » Le compte bancaire de l’utilisateur est connecté à l’application, de manière sécurisée, poursuit-il. Nous sommes notifiés de son paiement chez l’un de nos partenaires, et nous créditons sa cagnotte. Tout ça, sans aucun partage de données. »

« Des boutiques responsables »

Et c’est gratuit, pour l’utilisateur. « Ce sont nos partenaires qui financent ce cash-back, pour promouvoir la consommation responsable », explique l’entrepreneur. Une soixantaine de boutiques de Montpellier sont référencées sur l’application. Des épiceries, des magasins de vêtements, de puériculture, de cosmétiques, de bijoux, de jouets ou d’ameublement… « Ce sont des boutiques responsables, indique Antoine Levan. Nous avons créé une charte, sur les recommandations de l’Ademe ou l’Agence bio. Dans l’alimentaire, par exemple, c’est du bio, du vrac, zéro déchet, des produits qui viennent directement du producteur. Pour la mode, c’est de la mode éthique, ou de seconde main. Pour les cosmétiques, ce sont des produits labellisés, etc. Nos utilisateurs savent que lorsqu’ils sont sur Milpa, ils trouveront des boutiques dont ils partagent les valeurs. »

Parmi les boutiques référencées par Milpa, il y a les Comptoirs de la bio, à Lattes. « La grande réussite de Milpa, c’est que ça fonctionne très naturellement, confie Jean-Yves Crépin, le gérant du magasin. De notre côté, nous avons juste à encaisser le client, et tout se fait automatiquement. » Et « Milpa permet d’attirer une nouvelle clientèle, qui vient découvrir dans le magasin ce qu’il en est », se réjouit le commerçant. Bientôt, il sera même possible de reverser tout ou une partie de sa cagnotte à des associations.