Montpellier: Caméras et armes automatiques, la ville adopte de nouvelles mesures en matière de sécurité

La vidéo verbalisation est arrivée à Montpellier. — N. Bonzom / Maxele Presse

  • La ville de Montpellier a levé le voile sur une série de mesures qui vont venir renforcer l’arsenal déjà à la disposition de la commune héraultaise.
  • D’abord, en poursuivant le déploiement de caméras de vidéosurveillance.
  • Les 183 agents de la police municipale de Montpellier, la sixième de France en termes d’effectif, seront eux aussi dotés de nouveaux moyens.

La ville de Montpellier met l’accent sur la sécurité. Lorraine Acquier (sans étiquette), l’élue en charge de cette problématique, a levé le voile sur une série de mesures qui vont venir renforcer l’arsenal déjà à la disposition de la commune.

D’abord, en poursuivant le déploiement de la vidéosurveillance. En février, lors du conseil municipal, l’adjointe proposera l’installation de 16 caméras supplémentaires, ce qui portera leur nombre à 301. « Je présenterai aussi une délibération qui vise à raccorder d’ici 2020 les 350 caméras de la Tam [qui gère le réseau de transports]​ au Centre de supervision urbain (CSU) », note Lorraine Acquier. Au total, le CSU, les « yeux » de la ville, disposera de 650 caméras pour traquer la délinquance et les incivilités et vidéoverbaliser sur six secteurs, notamment le pont de Sète et l’avant-place du Peyrou.

Caméras piéton et armes automatiques

Les 183 agents de la police municipale de Montpellier, la sixième de France en termes d’effectif, seront eux aussi dotés de nouveaux moyens. Chaque policier sera équipé en 2019 de « caméras piéton », un système d’enregistrement vidéo et sonore, qui filme les interventions. « C’est un moyen de faire baisser la tension dans le rapport avec les citoyens », indique l’élue. Des démarches sont également en cours pour remplacer toutes les armes des policiers municipales par des pistolets automatiques.

La police municipale dispose également désormais de nouveaux moyens d’action, avec la mise en place d’un groupe local de traitement de la délinquance, en collaboration étroite avec le parquet, et d’une procédure simplifiée pour lutter contre la multiplication des vendeurs à la sauvette. A Gambetta, le dispositif a permis le déroulement de 21 opérations, et 19 procédures ont été diligentées à l’encontre des contrevenants. La même chose est à l’étude pour les vendeurs à la sauvette à la Mosson.

L’accès aux fichiers du Code de la route en test

Autre nouveauté du côté des policiers municipaux : l’accès aux fichiers du Code de la route, qui va permettre aux agents de ne plus faire appel à des policiers nationaux pour identifier un permis ou une plaque d’immatriculation. Le dispositif va être testé par plusieurs villes en France qui se sont portées candidates, dont Montpellier et la Grande-Motte.

La ville fait aussi appel régulièrement à des prestataires privés pour renforcer la sécurité. « Avec la menace terroriste et les obligations en matière de sécurité sur l’espace public, nous avons accentué notre collaboration avec les acteurs de la sécurité privée, pour le gardiennage des sites et le filtrage aux entrées. Avec 180 manifestations organisées ou accompagnées par la ville de Montpellier en 2018, cela nous a coûté 700.000 euros, sans compter les 16.223 heures supplémentaires pour les policiers municipaux. »

Montpellier

VIDEO. Montpellier : «On risque sa vie à bicyclette», près de 1.500 cyclistes réclament plus de sécurité

Montpellier

Montpellier : L’attribution d’un marché pour la sécurité de l’université Paul-Valéry contestée