Montauban : La maire, Brigitte Barèges, renvoyée devant le tribunal pour « détournement de fonds publics »

Brigitte Barèges est maire de Montauban depuis 2001 et candidate à sa réélection. — Eric Cabanis – AFP

  • Brigitte Barèges, la maire LR de Montauban, vient d’être renvoyée devant le tribunal pour détournement de fonds public.
  • Elle l’a elle-même confirmé à ses administrés dans un post Facebook.
  • Elle est soupçonnée d’avoir octroyé un emploi fictif en échange d’articles laudateurs dans le journal local.

C’est son genre, elle ne laisse personne lui couper l’herbe sous le pied. Brigitte Barèges, la maire LR de Montauban a annoncé elle-même dans un post Facebook adressé à ses administrés son renvoi devant le tribunal correctionnel pour « détournement de fonds public ».

« Mon avocat m’a appelée hier pour m’informer que le juge d’instruction de Toulouse avait rendu une ordonnance de renvoi en correctionnelle des quatre personnes mise en examen dans ce dossier, dont moi », écrit-elle, ajoutant que la date du procès n’est pas fixée et qu’il n’aura probablement pas lieu avant un an.

Cette communication directe permet à l’édile, candidate à sa réélection, de s’étonner au passage d’une « étrange coïncidence (…) un mois avant l’échéance électorale du 15 mars » pour un dossier qui « n’a pas évolué » depuis « cinq ans ».

Un emploi contre des articles dithyrambiques ?

L’affaire a éclaté en février 2014 avec le dépôt de plainte d’un ancien collaborateur de Brigitte Barèges à la mairie. Récemment licencié, ce dernier révélait qu’il n’était employé qu’uniquement pour écrire des articles laudateurs sur la maire dans son hebdomadaire du Tarn-et-Garonne, Le Petit Journal. Une deuxième plainte suivait, déposée par l’ancien directeur de cabinet de l’élue, lui aussi remercié peu avant. Une quatrième personne est mise en examen dans cette affaire : le directeur de la communication de la mairie à l’époque.

Ce dossier a déjà failli coûter son écharpe à Brigitte Barèges. En octobre 2014, le tribunal administratif a rejeté ses comptes de campagne des municipales de mars qui ne mentionnaient pas le paiement des fameux articles à sa gloire. Mais, celle qui est aussi avocate, a obtenu gain de cause en mai 2015 devant le Conseil d’Etat.

Une autre bataille s’ouvre donc pour elle, au plus mauvais moment. « Il va de soi que je continuerai le moment venu devant la juridiction, à plaider mon innocence et à contester les dénonciations calomnieuses dont j’ai fait l’objet de la part de mes ex-collaborateurs », annonce la maire sortante.

« J’attends le jugement des Montalbanais », a-t-elle aussi confié ce jeudi à La Dépêche du Midi., en faisant allusion au scrutin municipal.

Politique

Municipales 2020 à Montauban: Réveil du centre-ville, sécurité, écoles… Quels sont les enjeux du scrutin?

Société

Montauban: la maire Brigitte Barèges mise en examen pour détournement de fonds publics

62 partages